1. Articles populaires
next
prev

Retrait du récépissé du Journal L'Indépendant Express: Une patate chaude dans les mains du Tribunal de 1ère instance de Première classe Featured

Written by  Jan 08, 2021

La Haute autorité de l'audiovisuel et de la communication du Togo a remis au Tribunal de Premier instance de Lomé, une patate chaude. Le juge de cette instance saura faire la part des choses? Le directeur du journal incriminé est attendu lundi prochain.

C'est une affaire qui mal jugée, mettra le Togo devant les projecteurs des critiques de la part des organisations internationales de droits de l'homme et des Libertés d'Expression. Mais, si le Tribunal de 1ère instance de Première classe de Lomé est arrivé à mettre au devant la liberté et la dépénalisation de la presse au Togo en marche dans son verdict final, Lomé sortira la tête haute auprès  des organisations et restera un pays plus crédible dans les prochains classement de Reporters Sans Frontières (RSF).

En effet suite à l'arrestation musclée du directeur de publication, L'Indépendant Express" pour avoir publié un article titré "Scoop de l'année:femmes ministres interpellées pour vol de cuillères". Après 4 jours de détention et un bref passage devant le juge, le journaliste est libéré. Mais, il n'est pas sorti d'affaires puisque, la HAAC l'avait convoqué. Cette convocation à laquelle, le journaliste a finalement répondu, la fin devient plus qu'un cauchemar, car, l'instance suspend la parution sous toute forme (papier et en ligne) avant de demander au Tribunal, le retrait du récépissé.

Au sein de l'opinion, cette demande de la HAAC est plus sévère que l'arrestation du journaliste. L'opinion pense qu'en demandant le retrait du récépissé, tout porte à croire que le journal a commis un crime plus grave.

"Le Togo en matière de liberté d'expression, est envié, mais demander le retrait du récépissé au journal pour une faute dont personne n'est plaignante, c'est trop. Moi, je crois à la maturité du juge togolais qui va diviser la poire en deux. S'il y a faute, la justice doit aussi penser au travail des journalistes employés de cette rédaction", a confié un responsable d'une organisation de droit de l'homme sous le couvert de l'anonymat.

Sur sa page Facebook, Ferdinand Ayité du Journal L'Alternative bondit sur la décision de la HAAC qui a demandé au Tribunal le retrait du récépissé. Pour M Ayité, "(...). La liste des médias ou des émissions que le régime est en train de mettre sous éteignoir et souvent avec la complicité tacite de certains hommes de médias est longue", lit-on sur sa page Facebook. Selon M Ferdinand Ayité, "il est temps de dire stop à cette dérive. Demain nous risquons de ne plus avoir un seul media pour dénoncer les injustices dans notre pays", craint-il.

Lundi 11 janvier 2021, le directeur de l'Hebdo "L’Indépendant Express" devrait comparaître devant le président du Tribunal de 1ère Instance de Première Classe de Lomé statuant en matière de référé. Le journaliste sera écouté par le président du tribunal et il revient au juge, de dire s’il y a lieu de lui retirer ou pas le récépissé.

Rappelons que, M Ketohou avait été nuitamment interpellé mardi dernier, alors qu’il avait une convocation du SRCIC à laquelle il devrait répondre le lendemain. Une interpellation dénoncée par les organisations de presse, la société civile et des partis politiques. L’Union pour la presse francophone s'est indignée de la méthode utilisée pour son arrestation.

L’Observatoire togolais des médias et plusieurs organisations professionnelles et syndicales des médias dans un communiqué conjoint critiquent le rôle joué par les éléments noctambules armés pour procéder à l’interpellation du directeur de publication, un rôle sorti du cadre légal etc

TGT

Togotimes, L'information en temps réel

Last modified on vendredi, 08 janvier 2021 12:21