Kama/Une jeune mariée surprise en flagrant délit de prostitution à Lomé (suite) Cette image utilisée à titre d'illustration

Kama/Une jeune mariée surprise en flagrant délit de prostitution à Lomé (suite) Featured

Written by  Fév 17, 2021

Dans la parution précédente, il faut rappeler  que Kokou, dans sa mission de prouver que Sabine, la conjointe de son frère Emile se prostitue à Lomé, s’est rendu à Palm Beach le vendredi nuit où elle flâne  souvent dans l‘intention de trouver par hasard  un homme à qui vendre son corps pour un bon bout de temps. Kokou et Sabine sont  donc nez-à-nez du côté ouest de l’hôtel Palm Beach. Ils se regardent dans un silence bien bruyant. Kokou se disait intérieurement : « Je vais t’avoir aujourd’hui, tu nous as longtemps  pris pour des imbéciles. Sale pute!». Mais Sabine, quant à elle, pensait avoir trouvé un bon client pour la soirée, car, elle n’avait pu gagner aucun homme  depuis qu’elle est sortie ce soir-là.

Il ne leur restait qu’à conclure le marché. Les clients de Sabine ont deux options: passer quelque temps avec elle  dans une auberge juste à côté ou l’emmener plus loin dans un hôtel pour passer avec elle  la nuit entière ou un temps relativement plus long. Le second choix revient plus cher, bien sûr. Kokou a déjà bien muri son plan. Ce n’est pas le prix de la soirée qui lui manque. Après une brève salutation d’usage et de fausses présentations hypocrites, une discussion s’engage entre ces  deux aventuriers noctambules :

«Je voudrais passer un temps avec toi, tu me le permets ?

    Ah bon ! Où ça ? Demande Sabine.
    Dans un hôtel non loin du quartier  Casablanca. Tu me prends combien ?
    Pourquoi aller si loin ? On peut rester à côté non ? J’ai peur, moi, d’aller si  loin.
    Tu as peur de quoi ? Regarde, je pars en voyage demain soir. Tu vois mes billets d’avion ? Je dois arriver en Allemagne au plus tard dimanche. »

A ces mots, Sabine succomba sans résistance. L’appât de Kokou a bien réussi à prendre sa proie. Le jeune homme, en montrant son faux papier en guise de billet d’avion a laissé habilement voir sa liasse de billets de banque, qui en réalité n’étaient que du cedi ghanéen entouré de quelques billets CFA. Sabine trouva la moisson de la soirée tellement  généreuse qu’elle oublia de fixer le prix. Certainement qu’elle a pensé pouvoir gagner mieux que ce qu’elle entendait fixer comme prix. Il n’est pas donné à n’importe qui d’avoir un billet d’avion pour l’Allemagne et une somme d’argent aussi importante, se disait-elle.

«Je peux compter sur toi, non ? On fait comment, voulait-elle s’assurer.

    Comme les taxis se font un peu rares ici à cette heure, on avance vers le carrefour pour trouver deux conducteurs de taxi-moto.
    Ok, parfait, on y va, décida Sabine.»

Ils ont à peine fait deux minutes de marche quand trois taxis-motos passaient juste devant eux. Ils stoppèrent deux d’entre eux, direction Gbossimé, dans une auberge !  
L’auberge n’était pas trop loin du marché Gbossimé. A moins de quinze minutes, ils sont arrivés à destination.

Kokou fait rentrer sa compagne de la soirée et passe sans tarder à la réception. Il passe la commande de la boisson et demande la réservation d’une chambre. Le gérant leur sert de la boisson  dehors sous un manguier et leur donne la clé de la chambre N°3. Ils n’ont pas mis 5 minutes pour se retrouver  dans  la  chambre sans avoir vidé leurs bouteilles.

Kokou était seul dans la chambre avec la femme de son frère Emile. Sabine, il faut le rappeler encore,  n’a jamais connu Kokou, son beau-frère. En ce moment précis, plus rien n’empêchait notre détective privé de sauter sur Sabine et  lui envoyer les jambes en l’air. Elle était d’ailleurs prête à s’offrir avec générosité à Kokou pour tout le temps qu’il voulait. Le billet d’avion et l’argent qu’elle avait vus ont fait naître en elle un amour qui devenait sérieux. Le temps de se débarrasser des vêtements arriva. Kokou enleva juste sa chemise qu’il accrocha sur une chaise. Son corps était couvert d’un léger sous-vêtement blanc laissant voir une poitrine bien gonflée  et des bras athlétiques. Le jeune homme présentait un torse plein de vie et de vigueur d’homme virile.  Sabine l’observait d’un regard plein d’espoir tout en lui offrant un léger sourire d’une nouvelle amoureuse envoûtée.

La jeune mariée  commença par se déshabiller, laissant le torse tout nu. Elle a la chance d’être bien bâtie. Sur son corps et son visage,  luisait la fleur de la beauté féminine. Les plis de son cou et la fraicheur de sa peau brune lui donnaient l’image d’une princesse bien nourrie. Sa poitrine laissait dégager deux gros seins en forme et encore droits malgré le métier de prostituée qu’elle exerçait. Sabine avait toute la générosité de son créateur qui lui a donné tout ce qu’il lui fallait pour attirer un homme. Sans être obèse, elle a de l’embonpoint et un derrière bien proportionnel à sa forme rondelette. Sabine continuait de se déshabiller. Elle se débarrassait tout lentement de sa mini- jupe en jean.

Pendant tout ce temps, Kokou s’occupait à fouiller dans son appareil téléphonique. Il fit semblant de jouer à un garçon curieux et demanda à Sabine de lui passer son téléphone portable pour comparer certaines applications. Mais il ne pouvait s’empêcher de contempler, d’un œil, le joli corps de Sabine qui l’attendait au lit.

Kokou est dans l’embarras total. Il avait échafaudé un plan qui risque d’être détourné par la forte tentation sexuelle. L’envie de coucher avec la femme de son frère qu’il a le devoir d’attraper lui monte à la tête .

Va-t-il pouvoir résister à la tentation ? Que va-t-il se passer dans cette chambre d’hôtel sans témoin dans cette nuit profonde ?

La suite dans notre prochaine parution.

Ecrit par JoachinSon

Togotimes, L'information en temps réel       

Last modified on mercredi, 17 février 2021 10:04

Infos Sport

Conseils des Ministres

Calender

« March 2021 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31