No item found! Please check your config!
 

Au Cameroun, le décès d'un Pasteur au Covid-19 déclenche un bras de fer. Photos Featured

Written by  Mai 18, 2020

Décédé au Coronavirus, le constat de médecin légiste va provoquer la colère de la famille du pasteur défunt ainsi que les fidèles de son église qui rejettent cette conclusion. Pour ramener le pasteur en vie, d'abord la maman du pasteur va s'enfermer avec le corps seule dans sa chambre puis, les fidèles eux se mettent dans une longue prière dans la maison mortuaire. Face à ce spectacle et malgré les négociations qui sont sans issue, les autorités camerounaises décident de passer à la vitesse supérieure:les autorités décident de faire appel aux forces de l'ordre dont des gendarmes et la police qui encerclent le domicile, la police et la gendarmerie vont entrer de force dans la maison barricadée, avec les équipes de désinfection et d'intervention rapide du Centre de Covid19 de Douala.

En Afrique, il y en a des esprits qui ne croient pas à la présence du coronavirus, cet ennemi invisible qui a montré les limites des grandes puissances internationales voire les grandes firmes pharmaceutiques. De millions de morts enrégistrés depuis décembre, date de son apparition à ce jour. Si l'occident a payé les frais à cause du nombre de décès, l'Afrique n'est pas aussi épargnée. La seule différence est qu'en Afrique, le déluge que voulait voir les pays développés n'est plus encore au rendez-vous puisque, le nombre de morts est moindre.

Au Cameroun par exemple la mort d'un pasteur, Franklin Ndifor, fondateur de l'église Kingship ministry basée à Bonaberi dans le quatrième arrondissement Douala a mis les autorités, la famille et les fidèles dans un bras de fer qui a failli dégénré. La famille et les fidèles qui écartent le décès au Covid-19, préfèrent ramener l'homme de Dieu en vie organisant Chants et prières pour ressusciter le pasteur. Dans la foulée, des fidèles entonnent des chants pour ressusciter leur pasteur.

En attendant sa ressurection, le médecin légiste et l'équipe venus de l'hôpital de district de Bonassama vont constater une mort due au coronavirus. Ce sera le goute d'eau va déborder la vase. Car, à l'arrivée des autorités, la famille s'enferme et se barricade avec le corps de l'homme de Dieu. C'est d'abord la famille qui décide de contester le verdict du médecin légiste. Elle décide de garder le corps car elle croit en la résurrection de ce dernier. "La maman du pasteur va s'enfermer avec le corps seule dans sa chambre", indiquent plusieurs sources sur place.

Après de moult négociations et un refus de la famille, les autorités décident de faire appel aux forces de l'ordre dont des gendarmes et la police qui encerclent le domicile. A 17h30 la pression monte, la famille retient toujours le corps, alors la police sort les grands moyens. Des véhicules anti-émeutes sont déployés sur le terrain, la police disperse les adeptes.

C'est vers 18h45 que la police et la gendarmerie vont entrer de force dans la maison barricadée, avec les équipes de désinfection et d'intervention rapide du Centre de Covid19 de Douala. A 19h le gaz lacrymogène est lancé dans la maison pour faire sortir les amis et familles, finalement tous seront évacués vers 19h15.