L'artiste Sidiké Diabaté sous mandat de dépôt, déféré à la Maison centrale d’arrêt de Bamako Avocat de la défense de Sidiki Diabaté à la conférence de presse du 24 septembre 2020, Maître Cheick Oumar Tounkara

L'artiste Sidiké Diabaté sous mandat de dépôt, déféré à la Maison centrale d’arrêt de Bamako Featured

Written by  Sep 25, 2020

Ses fans les plus fous continuent de dire que, leur idole est injustement accusé, après Mariame Sow surnommée @MamaSita, d'autres témoignagnes pleuvent enfonçant davantage l'artiste.

Dans la soirée du 24 septembre 2020, l’artiste musicien Sidiki Diabaté a passé sa première nuit après être placé sous mandat de dépôt. Il a été déféré à la Maison centrale d’arrêt de Bamako. Ce revirement intervient alors que, Mariame Sow surnommée @MamaSita sur la toile a convié les journalistes à une conférence de presse à Bamako. A la dernière minute, la conférence est reportée sine die. "Nous devrions revenir sur les détails de cette rencontre, mais à la dernière minute la conférence de presse a été reportée à une date ultérieure, suite au "transfert du dossier" de la Brigade d’investigation judiciaire au Parquet de la commune III de Bamako avait informé un avocat de la défense à la presse"

C'est le 18 septembre 2020 que la plainte a été déposée. Depuis ce jour, des images montrant le corps de la jeune femme tuméfié par des supposées traces de violence dont l’auteur serait le présumé de l’artiste malien Sidiki Diabaté, tourne sur les réseaux sociaux.

Pris au sérieux, l’artiste se voit aujourd’hui retiré de certains événements culturels du continent et seulement le 23 septembre 2020, l’on a assisté sur les réseaux sociaux à la désolidarisation d’Universal Music en attendant la suite qui sera réservée à l’artiste qui doit passer sa seconde nuit à la prison.

L’artiste malien a aussi été retiré de l’édition 2020 du Prix international de la musique urbaine et du coupé décalé (PRIMUD) en Côte d’Ivoire le 21 septembre soit, trois jours après le dépôt de la plainte contre lui

L’échos de cette affaire présumée mobilise aussi les défenseurs des droits humains et des violences liées au genre. Sur la toile, le journal le Monde, dans un article, donne la parole à la féministe Sadya Touré sur le sujet « Chaque cas est de trop et qu’importe la personnalité ou la posture de l’agresseur, si rien n’est fait, on assistera toujours au silence des victimes ». L’activiste a annoncé par le même canal  l’organisation d’une marche samedi 26 septembre 2020 « afin de proposer notre projet de loi anti-VBG [violences basées sur le genre] aux nouvelles autorités ».

Son succès se retourne contre lui.

De Nombreuses victimes de ces violences veulent justice aussi pas que @MamaSita. Malheureusement, leurs bourreaux n'étant pas des stars pour faire la UNE, elles sont oubliées.  Pensons à combattre tous les auteurs de ces atrocités pas que @Sidiki. pic.twitter.com/UTY90fpsGK


TGT

Togotimes, L'information en temps réel









Togotimes, L'information en temps réel


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /htdocs/templates/ts_dailytimes/html/com_k2/templates/default/item.php on line 356
Last modified on vendredi, 25 septembre 2020 16:05

Infos Sport

Conseils des Ministres

Facebook

Calender

« October 2020 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31