Togo Times - Items filtered by date: Monday, 01 October 2018

L'ex ministre de la jeunesse de Lauren Gbagbo, Charles Blé Goudé fait une déclaration importante à l'ouverture du procès ce 1er octobre 2018. Selon M Blé Goudé"leur victoire sera celle de la vérité sur le mensonge". Photo

Published in Côte d'ivoire

En Afrique, il y a quatre chefs d'états en fonction. Leur épouse sont hautement diplômées. Nous avons sélectionné, pour vous, quatre premières dames africaines bardées de diplômes…
Ne dit-on pas que, "derrière un grand homme se cache une grande femme"?

Voici les concernées

Sika Bella Kabore (première dame Burkina Faso)



Sika Kaboré née Adjoavi Sika Vovor est une togolaise, épouse du président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré. Brillante, elle est détentrice d’une Maîtrise de Droit privé obtenue à l’Université du Bénin à Lomé depuis 1979. À l’issue de son second cycle universitaire, elle rejoint l’Université de Bourgogne à Dijon en France où elle poursuit un troisième cycle universitaire. Elle obtient en 1980 un Certificat en Administration des Entreprises au sein de l’IAE de Dijon. Son exemplaire parcours scolaire la fait figurer dans ce top.

Aisha Buhari (Première dame Nigeria)



Aisha Muhammadu Buhari est l’épouse de Muhammadu Buhari, président actuel du Nigéria.
Si sa beauté et son raffinement forcent l’admiration de tous, que dire du bagage intellectuel qu’elle porte !
La Nigériane est titulaire d’un Bachelor en Art et en administration publique obtenu à l’Université Ahmadou Bello au Nigeria. Elle détient aussi un Master en affaires internationales et stratégie. Grande activiste, défendant les droits des femmes et des enfants en tant qu’avocate, Aisha est aussi cosmétologue, esthéticienne et auteure.

Djene Kaba Kondé (Première dame Guinée- Conakry)



Djene Kaba Conde née Djene Kaba est l’épouse du Président de la Guinée Conakry, Alpha Conde.
Elle a étudié à l’Université de Paris VII en France, a obtenu un Master de Sciences de l’Information et de la Communication. Elle possède également un diplôme en Sociologie.

Dominique Ouattara (Première dame Côte d’ivoire)



Dominique Ouattara née Dominique Nouvian. Elle est la première dame ivoirienne, épouse d’Alassane Ouattara. Après un baccalauréat en sciences économiques obtenu en 1972 à l’Académie de Strasbourg, Dominique Nouvian s’oriente vers les langues et obtient un DEUG de langues en 1975, option économie à l’université Paris X. Elle obtient un diplôme d’administrateur de biens à Paris en 1987, puis, suit une formation d’expert immobilier à Paris en 1989.

Published in Afrique

Un jeune homme a mortellement poignardé une jeune fille, samedi dernier en pleine rue à Meknès, pour avoir refusé sa demande en mariage.

Published in Afrique

C'est un enterrement particulier. Ses amis de l'école en Kaki ont fait massivement le déplacement pour lui rendre le dernier hommage. Vidéo

Published in Société

 17 millions de dollars, c'est le prix d'une paire de chaussures. Elle est proposée à la vente à à Dubaï pour la somme de 17 millions de dollars, un prix record absolu. La paire de chaussures, est faite de cuir, de soie, d'or et de diamants.

Published in International

Un grave accident de circulation à Madina, une banlieue à Accra au Ghana a fait de morts. La victime, est un jeune marié en route pour la réception de son mariage. Les faits se sont produits dimanche dernier. Seule l'épouse blessée est sous soins.

Published in Afrique

La partie du corps qui rend les femmes plus attirantes est connue d'un groupe de chercheurs européens. Ces derniers ont eu à effectuer une étude permettant d’établir ce qui serait le critère principal du physique féminin qui les rendrait attirantes.

Published in Afrique

Cet italien dit avoir couché avec 6000 femmes. Malheureusement pour lui, il est décédé dans la nuit de mardi à mercredi, à l’âge de 63 ans suite à une crise cardiaque en plein ébat s*xuel avec une touriste roumaine de 23 ans dans sa voiture. Son décès a fait le tour de l'Italie et de nombreuses femmes versent leurs larmes.

Published in International

Le Bénin et le Togo pourront co-organiser la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2025. Cette piste est en réflexion entre les deux pays...

Published in Sports

Devant les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ce 1er octobre 2018,l'ex président ivoirien Laurent Gbagbo va demander son acquittement. En prison avec son ministre de la jeunesse, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé sont accusés de crimes contre l'humanité. C'était dans  les violences survenues après les élections  présidentielle de 2010 en Côte d'ivoire. De sources bien informées, M Gbagbo et Blé Goudé demandent leur acquittement avant même d’avoir présenté leurs témoins à décharge. Les juges devront décider, dans les prochains mois, si le procès intenté contre les deux hommes doit ou non se poursuivre.

Comme à chacune des grand-messes de ce procès-fleuve, les partisans de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ont promis de venir en nombre à La Haye. Et comme si l’affaire était déjà entendue, les spéculations sur l’issue des audiences qui s’ouvrent le 1er octobre vont bon train. Après l’audition, pendant deux ans, des témoins du procureur, les avocats des deux accusés auraient dû appeler à la barre leurs témoins à décharge. Mais au printemps dernier, ils contestaient dans le détail la thèse et les preuves du procureur, et demandaient aux juges de prononcer l’acquittement.

La question posée aux trois juges pourrait se résumer ainsi : existe-t-il des preuves qui, à ce stade de l’affaire, permettraient de condamner les deux accusés ? Si tel est le cas, les avocats de l’ex-président ivoirien et de son ancien ministre devront alors appeler leurs propres témoins pour contrer les preuves de l’accusation. Si les juges devaient décider qu’aucune preuve ne permettrait de condamner, les deux hommes seraient acquittés. Au cours des six derniers mois, quelque 3 000 pages de mémoires ont été déposées par les parties. Le substitut du procureur, Eric McDonald, demande aux juges de regarder les preuves dans leur globalité, de refaire donc le puzzle des pièces qu’il a présenté au cours des deux premières années de ce procès ouvert fin janvier 2016.

Le plan du procureur

Vendredi soir, la Cour a rendu publiques 2 000 pages de mémoires de l’accusation et de la défense. Pour le procureur, Laurent Gbagbo aurait, avec son cercle proche, élaboré un plan pour conserver le pouvoir. L’ancien président aurait mis en place une politique d’Etat visant des civils ivoiriens, partisans de son concurrent à la présidentielle de 2010, Alassane Ouattara. C’est cet élément politique qui fait que les meurtres, les viols, les persécutions et les actes inhumains dont les deux hommes sont accusés peuvent être qualifiés, ou non, de crime contre l’humanité.

Mais au cours de l’audition des témoins à La Haye, le procureur a eu le plus grand mal à démontrer l’existence d’un tel plan. Dans son mémoire, il assure qu’une telle « politique ne nécessite pas d’être explicite, elle peut être déduite ». Pour l’accusation, le mode opératoire des forces de sécurité ivoiriennes, police, armée, gendarmerie, des miliciens et des jeunesses pro-Gbagbo, permettrait de déduire de l’existence d’une politique criminelle, comme la réquisition de l’armée avant le second tour de la présidentielle, l’entraînement de recrues au cours de la crise, la rhétorique des deux accusés - M. Gbagbo assurant qu’il ne quitterait pas le pouvoir – et l’absence de punition des crimes commis dans les rues d’Abidjan.

Les liens entre les deux accusés

En face, la défense assène depuis des mois qu’en mobilisant ses forces, son armée et sa police, Laurent Gbagbo n’a fait qu’accomplir ses devoirs de chef d’Etat. Maître Altit bataille aussi dans son mémoire contre les liens qu’auraient eus les deux accusés. Si un chef d’Etat peut légitimement activer ses forces armées, l’activisme des Jeunes patriotes, de mercenaires et de miliciens s’avère plus difficile à justifier. L’accusation a fait enregistrer au dossier des reçus pour des fonds provenant du cabinet de la présidence à destination de différents groupes, qui « sont indicatifs de liens entre la présidence de M. Gbagbo et la milice », notamment du Groupement patriotique pour la Paix (GPP), fort de 18 000 membres pendant la crise, selon un témoin contesté de l’accusation. Le long témoignage de Spider ou l’Araignée, de son nom de guerre, ou P435, selon le pseudonyme donné par la Cour pour sa protection, a été largement contesté par les avocats, qualifié de « voyou pratiquant le racket et l’extorsion ».

De leur côté, les avocats de Charles Blé Goudé assurent que les opérations menées par les Jeunes patriotes visaient à « protéger la population des forces rebelles ». Forces menées par Guillaume Soro, et sur lesquelles le procureur a constamment fait l’impasse au cours du procès. Mais pour l’avocat de Laurent Gbagbo, « le fait que les rebelles n’aient pas désarmé », depuis la tentative de coup d’Etat de 2002, qui avait scindé le pays en deux, « constituait une menace », expliquant les actes de l’ancien président. Maître Altit attaque aussi le rôle de la France, « maître du jeu » de l’histoire ivoirienne. Et dénonce « les silences du procureur ». Aucun témoin français, civil et militaire, n’a été appelé à la barre, reproche l’avocat parisien. « C’est un peu comme si le rôle des Etats-Unis ou de la Chine était tu au cours d’un procès sur la guerre de Corée. »

Retrait des charges pour Abobo

Dans son mémoire, le procureur signale le retrait de ses accusations contre Charles Blé Goudé pour les crimes d’Abobo, la répression, en mars 2011, d’une manifestation de femmes, et le bombardement d’un marché. Le procureur explique en outre qu’il « ne nie pas que des groupes armés d’opposition, y compris le "commando invisible" basé à Abobo, attaquaient les FDS [Forces de défense et de sécurité]. » Mais  leur présence « ne peut en aucun cas excuser ou justifier les crimes » reprochés.

Quelle sera l’issue de ces audiences ? Si les juges estiment que les preuves présentées jusqu’ici pourraient conduire à une condamnation totale ou partielle, le procès se poursuivra avec l’audition des témoins de la défense. Autrement, ils devraient acquitter les accusés et ordonner leur libération. Quelle que soit la décision à venir, qui selon une source à la Cour pourrait être rendue en décembre ou début janvier, le procureur ou la défense pourront faire appel. La conclusion définitive du procès n’est donc pas pour demain.

Mais les spéculations autour d’un acquittement proche des deux accusés ont fait réagir les avocats de l’Etat ivoirien. « Il faut à la fois se garder de réécrire l’histoire et de l’écrire à l’avance », écrivent-ils dans un communiqué. Jean-Pierre Mignard, Jean-Paul Benoit et Pierre Emmanuel Blard, dénoncent le « coup de bluff » de la défense. « Le procès qui rentre dans sa dernière phase doit se poursuivre jusqu’au bout et aucun artifice ne le fera dévier », assurent-ils.
Source: avec RFI

Togotimes, l'information en temps réel

Published in Côte d'ivoire
Page 1 of 2

Infos Sport

Facebook

Calender

« October 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31