Pascal Adoko, chargé des affaires politique et de la stratégie au sein du parti la convention démocratique des peuples africains (CDPA) a craché du venin sec dans le visage des dirigeants de l’institution sous-régionale, la CEDEAO. Les qualificatifs utilisés par l’homme politique togolais sont clairs. Les chefs d’états de la Cédeao sont petits dans leurs souliers. « Ils nous ont trahi, mais le peuple togolais s’est souvenu que leurs ancêtres leurs ont dit, nous sommes les seuls artisans de notre bonheur, de notre avenir. Nous n’allons plus leur confier notre avenir et notre bonheur», selon Pascal Adoko.

L'ex chef de file de l'opposition togolaise, Jean Pierre Fabre, président de l'Alliance nationale du changement (Anc) digère toujours mal, la position de la Cédeao dans sa gestion de la crise togolqise. Sollicitée par le gouvernement togolais pour trouver un terrain d'entente à la relance de la lutte politique d'août 2017, la gestion faite par la Cédeao de la crise fait mal aux acteurs politiques  notamment les opposants au sein de la coalition de l'opposition de la C14.

Les Togolais étaient aux urnes le 20 décembre 2018. Ces élections visent à renouveler le parlement en fin de mandat depuis plus de 5 mois déjà. Si la CEDEAO félicite le Togo pour la bonne tenue des législatives, le PNP prend le contre pied de l'institution.

Le contenu du rapport de mission fourni par les facilitateurs à l'institution sous régionale est amer. Le non prolongement du mandat des facilitateurs pour une sortie de crise n'est pas le fruit du hasard. C'est prévisible. Qui sera les prochains facilitateurs pour suivre le reste des tâches à accomplir pour parvenir aux réformes constitutionnelles? Pour l'heure, la CEDEAO veut prendre du temps.

La campagne électorale pour les élections législatives du 20 décembre 2018 s'est achevée le 18 décembre dernier sur une note de satisfaction. Même la mission d'observation envoyée par la CEDEAO ne cache pas sa satisfaction

L’Union africaine et la CEDEAO, deux institutions impliquées dans la recherche de solution à la crise politique qui secoue depuis le 19 août 2017 enfoncent le clou. Selon une confidence suite à la démarche des Hommes de Dieu et des leaders de la coalition de l’opposition de la C14 auprès de l’un des facilitateurs, Nana Akufo Addo, l’Union africaine et la CEDEAO auraient envoyé un message fort aux autorités togolaises. 

Urgent: Le Parlement de la CEDEAO, par son président Moustapha Cissé Lo, vient de démentir toutes les informations relatives à une éventuelle prise de position du Parlement de la Cedeao sur la situation sociopolitique au Togo.  

"Il est donc normal de constater et de dire qu’aucune décision, résolution ou  position n’a été prise par le parlement de la Cedeao au sujet de la situation politique actuelle du Togo" (Moustapha Cissé Lo)

Nous y reviendrons

Togotimes, L'information en temps réel

Pour recadrer les acteurs politiques togolais à l'approche des élections législatives du 20 décembre 2018, la Cédeao condamne “des écrits et des propos appelant à des initiatives susceptibles de créer le désordre et de susciter la violence au Togo”. Les politiques ne sont les seuls concernés par cette sortie de la Cédéao. Les médias, les organisations de la société civile sont invités à contribuer à une résolution pacifique de la crise.

L'avant projet élaboré par l'expert constitutionnalite dépêché par la CEDEAO au Togo a reçu le OK de la Cédeao.

C'est confirmé! La Communauté économique des états de l'Afrique de l'Ouest CEDEA) impliquée pour une sortie de crise au Togo vient de confirmer la date retenue pour les élections au Togo. Le 20 décembre 2018 reste officiel. Ce qui surprend la coalition de la C14

Page 1 of 4

Infos Sport

Facebook

Calender

« October 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31