Vu que le délai normal pour le dépôt de la déclaration d'appel, conformément à la règle 150 (1) du Règlement, est de 30 jours, on est enclin à penser que le mercredi 14 août 2019 est la date limite pour la procureur de la Cpi d'exprimer cette volonté. En effet, le 16 juillet 2019, la Chambre de première instance a publié les «Motifs de la décision orale du 15 janvier 2019 sur la Requête de la Défense de Laurent Gbagbo en vue d'un jugement en justice rendu par Laurent Gbagbo et que sa mise en liberté immédiate soit ordonnée, et sur la requête (Blé Goudé Defense), aucune affaire à répondre », qui comprend « l'avis du juge Cuno Tarfusser », les « motifs du juge Geoffrey Henderson » et l'avis dissident du juge Herrera Carbuccia.

Hier 16 juillet 2019, la Chambre de première instance I a présenté l'exposé détaillé des motifs de sa décision. La Majorité, composée des juges Tarfusser et Henderson, a présenté une analyse détaillée des éléments de preuve dans les motifs exposés par le juge Henderson (annexe B). Le juge Tarfusser a aussi présenté séparément ses motifs et autres réflexions sur l'affaire (annexe A). Les motifs de l'opinion dissidente de la juge Herrera Carbuccia figurent à l'annexe C.

Charles Blé Goudé, l'ex pensionnaire de la Cour pénale internationale est toujours à la Haye, faute de pays non trouvé pour l'accueillir. En attendant, c'est l'ex président Laurent Gbagbo qui lui a adressé un message au contenu fort et émouvant.

Acquittés mais toujours en prison parce que, le procureur a fait appel du verdict, tout joue en faveur de l'ex président ivoirien Laurent Gbagbo et Blé Goudé . Et pour cause. Le recours introduit est rejeté. 

C'est la majorité de la chambre qui a rejeté la requête du procureur ce 16 janvier 2019. Acquittés le 15 janvier 2019, le procureur fait volte face en faisant appel à la décision. Dans son recours, le procureur a voulu qu'on maintienne l’ex-président ivoirien et son ex ministre, le leader des Jeunes Patriotes en détention. Le substitut de Fatou Bensouda, Mac Donald a demandé la détention des accusés en raison selon des circonstances exceptionnelles.

Il craint un risque d’évasion des accusés au cas son appel pourrait aboutir. Toutes ces requêtes ont été rejetées par les juges à l’exception d’Olga Herrera qui a maintenu sa décision. Il n’est pas approprié que le procès se poursuivre. La chambre rejette la requête du procureur et demande au greffe d’avoir les assurances auprès des accusés.

La décision de l’acquittement de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé  est donc maintenue à l’issue de cette audience. Liberté donc pour Laurent Gbgabo et Blé Goudé

La rédaction

Togotimes, L'information en temps réel

L'audience de ce jour à la cour pénale internationale (CPI) sur le dossier de Laurent Gbagbo et Blé Goudé donne de l'espoir que, les acquittés regagneront la Côte d'ivoire dans les heures ou jours à venir.

L'acquittement de l'ex président ivoirien, Laurent Gbgabo et de son ministre de la jeunesse, Charles Blé Goudé a fait réagir l'ex président ghanéen, John Jerry Rawlings. Accusé de crimes contre l’humanité, la Cour pénale internationale (CPI) après 8 ans sans issue, a ordonné sa libération immédiate.

La cour pénale internationale vient de montrer que, la politique domine partout. Si non, comment peut-on  imaginer un acquittement de Jean-Pierre Bemba pendant que, les victimes pleurent.

21 mars 2014-21 mars 2018. Il y a 4 ans. Les ivoiriens se souviennent encore de cette date inoubliable, le transfèrement à la Cour Pénale Internationale (CPI), pour crimes contre l’humanité lors de la crise post-electorale (2010-2011). Depuis sa cellule, l'ex ministre de la jeunesse sous Gbagbo écrit aux ivoiriens. Il fait des révélations importantes.Lisez

Le procès de l'ex président ivoirien, Laurent Gbagbo à la cour pénale internationale (CPI) a repris ce lundi 04 décembre 2017 après son report le 06 novembre dernier  en raison de l’absence du juge Geoffrey Henderson.

La grande surprise lors de la reprise ce lundi, c'est les larmes versées par Sira Drame, conseillère municipale à Abobo. Témoin à charge, elle a donné sa version des faits sur la marche des femmes à Abobo sans oublier  celle sur la Radio télévision ivoirienne (RTI).

Selon la conseillère, "les manifestants qui ont pris part à la marche sur la  télévision nationale (RTI) n’étaient pas armés. Avant cette marche, les soldats de Laurent Gbagbo ont bastonné des militants du Rassemblement des Houphouëtistes au siège du parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Certains militants y ont laissé leurs vies". Et d'ajouter: "En 2004, nous sommes sortis pour soutenir les accords de Linas Marcoussis et à notre grande surprise on a été bombardé par des Mi 24. … Durant la crise poste électorale, 56 femmes ont été tuées par les militaires de Laurent Gbagbo. Je connais certaines qui ont reçu des balles dans leurs parties intimes….j’ai été témoin de tout ceci".

Pour ce qui concerne la marche des femmes d’Abobo,  la témoin dit : "Les manifestants n’étaient pas armés. On s’est dit qu’avec les femmes, les militaires n’oseront pas tirer mais malheureusement après le passage d’un cargo de l’armée,  j’ai entendu un bruit. C’était un mortier qui venait d’être tiré sur nous (elle fond en larme…l’audience est suspendue)".

Pour rappel depuis 2011, Laurent Gbagbo et Blé Goudé sont détenus à la Haye dans le cadre d’un procès pour crimes contre l’humanité

La rédaction

Infos Sport

Facebook

Calender

« August 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31