Dans un entretien avec notre confrère Christophe Boisbouvier sur Radio France Internationale (RFI), l’ex ministre togolais de l'intérieur qui a quitté Lomé sous la pointe des pieds il y a 14 ans, confirme son retour au Togo. Pour lui, le Togo est enfoncé dans un antagonisme politique fait d’une part du désir de conservation à tout prix du pouvoir, et d’autre part d'une opposition idéologique sans stratégie. L’ancien ministre qui rentre ce 28 mars 2019 parle des tractations qui étaient menées et qui ont conduit à sa décision ultime, regagner Lomé afin de travailler en sorte à faire disparaître ce statu quo, car, à l’en croire, il n’a pas encore rendu à ce pays, ce qu’il lui a donné. Lisez plutôt !

L'ex officier des forces armées togolaises, le déserteur François Boko n'écarte plus sa participation à la présidentielle de 2020.Il est attendu à Lomé ce fin de mars 2019.L'intéressé dit que, son avocat est chargé les démarches administratives auprès des autorités togolaises qui sont déjà au courant de son retour.

L'ancien François Boko exilé en France depuis 2005, s'active pour rentrer au bercail avec la ferme conviction de prendre part à la présidentielle de 2020. Ambition qui le fait courir dans un lobbying auprès des pays partenaires du Togo.

Depuis son départ en exil en 2005 et sa réapparition en 2010 où il s’est investi pour créer le FRAC (Front républicain pour l’alternance et le changement), Me François Akila-Esso Boko est resté en marge de la situation politique au Togo.

Les appels de certains Togolais à s’inviter dans le débat ne l’ont jamais poussé à sortir de son obligation de réserve liée à des raisons purement professionnelles. Mais l’homme n’hésite pas, en privé, à donner son avis à ceux qui le lui demandent.

C’est dans ce cadre qu’à l’invitation du président du Ghana, médiateur désigné par les Chefs d’Etat de la région, Me François Akila-Esso Boko qui était en mission quelque part au Maghreb s’est rendu à Londres le 20 novembre.

La démarche structurée du Président du Ghana est de recueillir, au-delà de la classe politique, l’avis de certaines personnalités clés afin de mieux comprendre la complexité du cas togolais pour aborder le dialogue dans la sérénité et sans faux pas. Les échanges entre l’ancien ministre de l’intérieur et le chef de l’Etat ghanéen ont duré plus de 2 heures, en présence de quelques collaborateurs de ce dernier, notamment Albert Kan-Dapaah, ministre de la Sécurité qui était en mission il y a quelques jours à Lomé.

A l’issue de la rencontre, Me François Akila-Esso Boko a rendu public un communiqué dont la teneur suit.

Source:L'Alternative

Infos Sport

Facebook

Calender

« March 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31