Dans une interview à nos confrères de Le Correcteur, le chef de file de l’opposition aborde plusieurs sujets: les violences à Sokodé, la tentative de tuerie sur son militant dans le Nord, la question de l’opposition parlementaire, etc, M Fabre dit tout sauf…Pour le Président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) "nous ne voyons aucun intérêt à l’implication de la CEDEAO, si cette implication doit se traduire par l’amplification de la crise à notre détriment".

L'homme sûr du président Faure Gnassingbé, Gilbert Bawara, porte parole du gouvernement accuse le chef de file de l'oposition, Jean Pierre Fabre d'être le premier à violer l'accord politique global de 2006. C'est dans une interview avec Christophe Boisbouvier de Rfi. Dans cette interview, plusieurs sujets sont abordés: Limitation de mandat présidentiel, rétroactivité et candidature de Faure Gnassingbé en 2020. Lisez plutôt !

Dans une interview aux médias dont Togotimes.info, les disciples du nouveau Messie dont le nom avait été déjà dévoilé lors d’une conférence de presse, sont revenus sur sa mission,  son message. Ils font savoir que, ceux qui font des critiques suite à leur sortie médiatique, « ne sont pas d’abord de Dieu». Lecture

Le Togo est en plein processus électoral.  Dans 60 jours, les togolais seront appelés à élire les députés. Dans cet élan, l’Union des Forces de Changement (UFC) s’active et mobilise les populations autour des idéaux du parti "Détia". M. Séna Alipui, l'un des conseillers de Gilchrist Olympio et président fédéral de l'UFC Canada, donne des détails  sur les chantiers en cours, les grands défis, les nouvelles orientations, la stratégie du parti. sans oublier le bilan des 8 ans de l’accord politique entre UFC et RPT devenu UNIR  dans une interview lundi sur la Radio Excelsior à Atakpamé. L'intégralité de l'Interview

Il vient d’être condamné pour 20 ans de prison, cinq millions d’amende. C’est la décision rendue ce Jeudi 18 Octobre 2018 par la cour de répression des infractions économiques et du terrorisme. Quelques heures avant le procès, le président Sébastien Ajavon a accordé une interview à la Radio France Internationale (RFI) pour justifier les raisons de son absence du territoire national et pourquoi il ne se présentera pas devant la CRIET. Lire ci-dessous l’intégralité de l’interview.

Interview de Mme Anne Eza, épouse du détenu politique  Joseph Eza

  Anne Eza vice, la femme de Joseph Eza,-ce dernier est le  président du mouvement NUBUEKE. Elle  revient sur l'arrestation de son mari, les démarches entreprises pour sa liberté provisoire.  Comment elle vit l'absence de son mari, ses enfants... Mme Anne Eza, épouse de Joseph, décrit les conditions dans lesquelles vivent le détenu et ses proches. Visite quotidienne à la prison civile de Lomé, maladies récurrentes, angoisse, torture psychologique, insomnie et questionnements à n’en point finir. La vie de cette famille a été perturbée par la détention d’un père dont les enfants réclament la présence. « Je ne le vois dans aucune de ces accusations… Je sens un énorme vide autour de moi. Ils (les enfants, Ndlr) réclament leur papa, seulement, ils ne savent pas qu’il est en prison », raconte Mme Anne Eza. Ci-dessous l’interview.    

IVT : Mme Anne Eza, Bonjour.

Bonjour.

Vous avez rencontré aujourd’hui votre mari à la prison civile de Lomé.

Je suis avec lui tous les matins depuis son arrestation le 26 octobre 2018. Les visites commencent à 9 heures, donc je m’arrange pour quitter la maison à 8 heures. Cette affaire a chamboulé tout mon programme, mais je suis obligée de le voir tous les matins pour lui apporter sa nourriture avant de vaquer à mes occupations. Je lui apporte de quoi manger toute la journée : le matin, à midi et le soir, il prend des fruits. De façon à maintenir la santé.

Comment va votre mari ?

Il se maintient. Je dirai qu’il se maintient. Ce n’est pas la grande forme, ni le moral. Le moral, ça va, ça vient. La semaine passée, il a même fait un palu.

Comment se passent les visites ?

Je l’ai vu entièrement il y a deux jours parce que d’habitude, c’est à travers la grille que je le vois. C’est comme ça les visites à la prison civile de Lomé. Il ne bénéficie pas de conditions particulières. Ces visites durent 5 à 10 minutes, rarement 15 minutes parce qu’il y a du monde. Il faut faire vite pour libérer la place. Parfois, je demande à ce qu’on le sorte pour qu’on se rencontre au niveau des affaires sociales. La dernière fois, j’ai remarqué qu’il avait vraiment maigri. Il a perdu beaucoup de kilos.

Qu’est-ce que vous lui dites ?

Je lui dis souvent : « Du courage. Ça va aller ». Quand je le vois, je lui dis qu’on va bien. Je lui demande aussi s’il a bien dormi, s’il a bien mangé… De petites questions pour le mettre à l’aise. Je lui dis qu’il a tout mon soutien et qu’on va s’en sortir.

Est-ce qu’il est confiant qu’il va sortir ?

Si, si ! Il est sûr qu’il va sortir.

Qu’est-ce qu’on lui reproche ?

J’ai écouté une liste d’accusations. Je ne sais pas si j’ai tout retenu, mais on l’accuse de complicité à la violence à l’ordre publique, incitation à la violence à l’ordre publique, groupement de malfaiteurs, destruction de biens publics… Ces accusations n’ont rien n’à avoir avec Joseph. Absolument rien.

Est-ce une invention ?

Je ne sais pas… Joseph, c’est quelqu’un que je connais depuis 10 ans. Il n’est pas violent. Je ne le vois dans aucune de ces accusations. Vraiment aucune.

C’est par rapport à son mouvement, son engagement ?

Oui, parce que cette histoire a commencé avec l’arrestation de Messenth Kokodoko qui est dans le mouvement (Nubueke, Ndlr). C’est le 20 octobre que Joseph est parti lui rendre visite, avec le président du mouvement Enos Tchalla, que je connais.

Je n’étais même pas à la maison. Quand je suis rentrée, j’ai vu Joseph et Enos avec deux autres hommes qui partaient. Je ne les connaissais pas. C’est après que Joseph m’explique qu’ils étaient venus faire une perquisition chez nous. Joseph m’a dit que c’est lorsqu’ils ont rendu visite à Messenth, ils ont demandé qu’ils vont aller chez eux faire la perquisition. La perquisition a été faite, mais ils n’ont rien trouvé. Je ne sais même pas ce qu’ils cherchaient. Pour moi, c’est fini.

J’étais là le jeudi 26 octobre 2018 quand ils sont revenus. J’étais avec Joseph qui n’était pas au service le matin parce qu’il avait des problèmes au genou. Il était parti faire la rééducation. Il est revenu et on a mangé ensemble. On discutait par rapport à un voyage qu’il devait effectuer. Je lui disais que je devais voyager avec lui, que je ne veux plus qu’il me laisse seule. Il a dit OK qu’il va prendre les dispositions.

Il voyage beaucoup ?

Oui. Il voyage beaucoup dans le cadre de son service.

C’est de cela qu’on discutait quand on a sonné à la porte. Quand je suis allée au portail, j’ai vu un monsieur qui dit que c’est le Lieutenant Tchao. J’ai gardé le nom. Il a dit qu’il cherche monsieur Eza. Je l’ai installé sur la terrasse et je suis partie appeler Joseph. Je lui ai demandé s’il y a un souci, il m’a dit que lui non plus ne sait pas.

Il est venu et on lui a tendu une convocation. J’ai demandé s’il y a un problème et ils ont dit qu’ils ont besoin de lui pour une enquête, pour lui poser des questions. J’ai dit que mon mari s’apprêtait à aller au service et ils ont dit qu’il pourra y aller après être passé par le SRI. Ils ont dit qu’il doit aller avec eux en même temps. J’ai demandé à l’accompagner et ils ont dit oui.

Quand je suis rentrée dans le garage pour prendre la voiture, j’ai vu qu’il y a un agent posté dans le garage. Je lui ai demandé s’il cherchait quelqu’un et il a dit oui. Je lui ai demandé qui il cherchait et il m’a dit qu’il ne peut pas me répondre. Je suis revenue voir le monsieur que j’ai vu premièrement et il a dit qu’il va libérer le passage. J’ai donc fait sortir la voiture. J’ai pris Joseph avec deux agents qui étaient derrière. Ils m’ont indiqué le SRI et nous y sommes allés.

Joseph était dans une salle avec eux, moi je suis restée sur la terrasse et je le voyais. Ils ne lui disaient rien jusqu’à 19 heures dépassées et ils sont venus me dire : « Madame rentrez chez vous. Allez lui chercher des habits pour qu’il se change. Il va rester avec nous ».

Contrairement à ce qu’ils vous ont dit au début.

Justement. Là, j’ai dit comment est-ce qu’il va rester avec vous ? Ils ont répondu qu’ils doivent lui poser des questions et qu’il est tard. Il va rester avec vous et il ne va pas rentrer avec moi ? J’avoue que là j’ai eu un choc.

Je suis revenue à la maison pour lui chercher des tapettes. Je lui ai demandé s’il va manger et il a dit non. Il m’a dit qu’il ne sait pas ce qu’il y a. J’ai dû le laisser là-bas. Hum…

Lorsqu’ils voulaient l’interroger au SRI, était-ce en présence d’un avocat ?

Il n’y avait aucun avocat. D’abord quand nous sommes partis au SRI, ils ne lui ont pas posé de questions. Du moins, jusqu’à ce que je parte. Ils ont juste pris son téléphone qui était avec moi. Après, j’ai fait appel à Me Kpande-Adzare qui est venu le lendemain. Mais il n’a pas pu le voir le jour-là. C’est le samedi ou même le lundi qu’il a pu le voir.

Quand vous repassez le film de tous ces événements, qu’est-ce qu’on pourrait lui reprocher ?  

Franchement, je ne comprends pas. Je réfléchis, je réfléchis, mais je ne comprends pas. Au début, je le prenais comme un cauchemar qui va s’arrêter, mais ça dure. Je ne le vois pas dans tout ce qu’on lui reproche. Quand j’ai vu le communiqué à la télé et je l’ai eu par message, je ne le retrouve pas dans les chefs d’accusation. Je ne l’ai jamais vu lancer une pierre. Depuis que je le connais, je ne l’ai jamais vu tenir le col de quelqu’un.

Votre état d’esprit ?

J’avoue que je me sens vraiment abattue par rapport à tout ce qui se passe. Chaque jour, je me pose des questions. Je sens un énorme vide autour de moi. Je n’arrive pas à rentrer dans notre chambre. C’est trop émouvant pour moi. Je dors au salon depuis. Depuis le 26 octobre, je dors au salon. Je ne peux pas dormir dans notre chambre.

Le désespoir total ?

Je ne suis pas désespérée, mais je me demande ce qu’il se passe. C’est ma grande question. Et ça va finir quand ?

Et les enfants ?

Ils vont bien. Ils sont avec leurs grands-parents. Ils réclament leur papa, seulement, ils ne savent pas qu’il est en prison. Pour eux, papa est en voyage. Depuis plusieurs mois, papa est en voyage. Et ils acceptent difficilement cette version. Nous ne voulons pas les impliquer dans ça parce que ça peut les traumatiser.

 Qu’est-ce que vous entrevoyez de faire ?

Je me demande ce que je vais faire encore. J’ai engagé un collège d’avocats et ils disent qu’ils sont là-dessus et que ça va aller. On a fait déjà trois demandes de remise en liberté provisoire qui n’ont pas marché. Et ce que je ne comprends pas, c’est qu’ils sont deux à être accusés de complicité, mais il y a un qui a été relâché en décembre 2018. S’il y a deux complices, pourquoi l’un est libéré et l’autre est toujours en détention ? C’est la grande question que je me pose.

Des contacts avec les autorités togolaises ?

Non. Rien. Personne n’a cherché à me dire quoi que ce soit.

Pensez-vous peut-être que quelqu’un parmi les autorités togolaises peut lui en vouloir ?

Pourquoi lui en vouloir ? Qu’est-ce qu’il lui a fait ?

Est-ce qu’il vous parle des conditions dans lesquelles il est détenu ?

Quand il commence à m’en parler, je lui dis pardon parce que j’ai pris sur moi de ne jamais pleurer devant lui. Ne jamais afficher un sentiment de découragement, donc je n’aime pas discuter des sujets qui vont m’attrister. Quand il commence, je lui dis de parler d’autre chose. Je sens un peu ce qu’il vit là-bas. Par exemple, je sais qu’il ne dort pas sur un matelas. Je sais qu’ils sont nombreux dans la cellule. Je sais qu’il n’a pas sa douche à lui et qu’ils se lavent ensemble, et tout.

Un message à l’endroit de ceux qui vous font subir ça ?

Oui. S’ils nous écoutent, je les supplie de relâcher mon mari. Il souffre, j’en souffre, les enfants en souffrent, ses parents en souffrent. J’ai appelé mon beau-père l’autre fois et il m’a dit qu’il a devant lui la nourriture, mais il n’arrive pas à manger. Franchement, il ne mérite pas ça. Je les supplie vraiment de le relâcher. Ça me fait pleurer énormément. Il y a des jours où je ne me retrouve pas du tout. Il y a des jours où c’est vraiment difficile, insupportable.

Sur le plan santé, je suis tout le temps malade. Depuis trois jours, j’ai des maux de tête. Il y a toujours quelque chose qui ne va pas. C’est une grande torture psychologique parce que je ne dors pas. C’est difficile et il faut le vivre pour le comprendre. Quand je lui rends visite, le quitter c’est pénible. Il a les larmes aux yeux… Il a pleuré devant moi au SRI.

Le jour où c’était terrible pour moi, c’est quand il est arrivé le 31 octobre au parquet en menottes. Je ne trouve pas de mots pour l’expliquer. C’est plus qu’une humiliation de voir Joseph en menottes. J’étais à terre. Je ne pouvais pas l’imaginer, même pas en rêve. Parce que je lui dis souvent que je suis plus dynamique que lui. Il parle doucement, il ne bouge pas. Si c’était pour moi, j’allais comprendre ; mais lui, je ne comprends pas.

Le jour-là, j’espérais que le parquet allait décider de le libérer. On a attendu jusqu’à 20 heures et j’ai vu un avocat sortir. Je lui ai demandé comment ça se passait et il m’a dit qu’ils vont le déposer à la prison.

Le jour où ils sont venus le chercher, il devait aller à son travail. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Par rapport à son travail, ils nous ont envoyé un courrier de suspension de contrat. Il était chef projet DBA à Oragroup. Le contrat est suspendu parce que depuis qu’il est en détention, il ne se présente plus à son travail.

Merci Mme Eza.

C’est moi qui vous remercie.

Interview transcrite par la Rédaction de Liberté

Togotimes, l'information en temps réel

Joseph Eza, vice président du mouvement NUbuéké est toujours en prison depuis.  A quand sortira-t-il? Lui et ses camarades? La question reste posée puisque, depuis le cri de libération de la part de la coalition de la C14, les lignes ne bougent pas.

Un Togolais de la diaspora a réagi par rapport à une déclaration du facilitateur ghanéen, Nana Akufo Addo. Albert Kate, comme c'est de lui qu'il s'agit, pense que, "Bloquer la candidature de Faure en 2020 et essayer d’évoluer avec la feuille de route c’est déplacer les problèmes".

Maurice Kamto s’est déclaré vainqueur du scrutin avant même la proclamation officielle des résultats. Quelques heures après ce coup de théâtre annoncé lors d’une conférence de presse à Yaoundé, cet ancien ministre en rupture de ban depuis 2011, âgé de 65 ans, a accepté de répondre aux questions de Libération. Lecture

«Bawara, président de l’Assemblée nationale?», Impossible! Jure l’intéressé. «Ce n’est pas l’idée que le président Faure se fait de la République et la vision qu’il a de la cohésion nationale», relève le ministre togolais de la Fonction publique. Bouclant ses 50 ans depuis mars dernier, il en aura accumulé près du tiers au gouvernement. Ministre de la coopération et du NEPAD, ministre du Plan, du développement et de l’aménagement du territoire, ministre de l’Administration territoriale et actuellement détenteur du portefeuille de la Fonction publique, il n’a jamais cessé d’être en possession d’un maroquin depuis 2005. Quand de juillet 2010 à juillet 2012, il était hors du gouvernement, il était tout de même conseiller avec rang de ministre. «Bien né», pourrait-on qualifier, sans risque de se tromper, ce fils de paysan originaire du nord du Togo.

S’il multiplie aujourd’hui des rencontres dans sa préfecture d’Agoé-Nyivé et que tout porte à croire qu’il y conduira la liste de la majorité, Gilbert Bawara esquive pourtant la question: «Au-delà de ma volonté et de mes intentions, c’est mon parti, l’UNIR (Union pour la République, au pouvoir, Ndlr) qui décide». Sous la paillote de sa maison, il est tout sourire, et affirme: «La crise est derrière nous ou presque». Très optimiste donc, alors que l’opposition boude le recensement électoral lancé début octobre et menace de retourner à la rue. Fin 2017, au point culminant de la fronde sociopolitique qui secoue le pays, la C14 (coalition majoritaire de l’opposition) avait mobilisé plus d’un million de personnes dans tout le pays. «Nettement moins», riposte le M. Bawara qui est devenu, ces derniers mois, presque le ministre de la crise. Rencontres régulières avec Faure Gnassingbé au pouvoir depuis 13 ans, œil du chef de l’Etat dans la médiation, il conteste sans convaincre «être l’influent», admettant au contraire ne «servir que le Togo». Il n’a rien perdu de son franc parler, à la limite gênant, ni de sa «radicalité» qu’il réfute là encore. «L’opposition togolaise n’est ni sérieuse ni crédible», insiste-t-il peu avant de rejoindre Conakry avec Faure Gnassingbé où les attend un des médiateurs de la crise, Alpha Condé.

Le président guinéen est accusé de ne pas être suffisamment ferme avec le régime qui totalise un demi-siècle de pouvoir. «Faure Gnassingbé est au pouvoir depuis 2005», corrige-t-il, et compte tenu du contexte d’incertitude dans lequel le pays est plongé du fait de la crise, «il est judicieux qu’il y reste au-delà de 2020. C’est l’intérêt du pays qui me dicte cette conviction», présage le cinquantenaire. Les réformes, il y est favorable mais «elles ne concerneront ni le redécoupage des circonscriptions électorales, ni le mode de scrutin pour les législatives, ni même la rétroactivité de la limitation des mandats présidentiels», dit-il de manière catégorique. «Si l’opposition dit qu’elle a mobilisé des masses dans tout le pays et que les clivages nord-sud qui seraient instrumentalisés par le pouvoir n’existent plus, c’est qu’elle peut gagner des députés partout. Il faut être cohérent et conséquent», signe Gilbert Bawara qui, à l’aise, se livre à notre envoyé spécial à Lomé. Interview!

Vous êtes ministre de la Fonction publique, très proche de Faure Gnassingbé. L’opposition s’est opposée au recensement qui a démarré le 1er octobre en appelant au boycott. Vous n’avez-vous pas peur que cela contribue à l’échec de tout le processus électoral?

Le Togo n’est pas un cas particulier dans la sous-région, en Afrique et au monde où des partis politiques contestent le système électoral. Depuis 2007, le Togo dispose de l’un des systèmes électoraux les plus innovants qui consacrent des avancées et des garanties solides pour des élections équitables, crédibles et fiables, depuis la composition et le fonctionnement de la CENI (Commission électorale nationale indépendante, Ndlr) à la proclamation des résultats en passant par le financement public des campagnes électorales et la prise en charge des délégués des candidats dans les bureaux de vote. L’attitude actuelle d’une frange de l’opposition togolaise n’est pas extraordinaire. Nous aurions souhaité que, conformément aux conclusions de la dernière réunion du comité de suivi de la mise en œuvre des décisions des chefs d’Etat de la Cédéao (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, Ndlr), l’opposition rejoigne sans délai la Céni. Cela étant, il n’y a aucun risque que le processus échoue. L’intérêt du Togo, en ce moment, c’est d’aller de l’avant pour ne pas créer ou entretenir un climat délétère et d’incertitude politique, avec des répercussions inévitables sur le plan économique et social.

Vous auriez pu laisser quelques jours à l’opposition pour rejoindre la commission électorale avant de démarrer le recensement. Rien ne presse…

Non. La même décision du comité de suivi qui leur a donné jusqu’au 30 septembre pour désigner leurs membres a aussi prévu et acté le début du recensement pour le 1er octobre. Il n’y a pas de contradiction sur ce point. Ils sont dans une logique de défiance, de provocation et d’affrontement. Ils ont toujours été dans une posture de blocage et d’obstruction, et cela relève davantage d’une stratégie et de calculs internes à ce regroupement politique. C’est regrettable et déplorable, mais le gouvernement n’est ni dupe ni naïf. Il est suffisamment préparé à toutes les éventualités. Les institutions du pays, y compris la Céni, n’ont pas à subir ce genre de caprices et de péripéties de la part des partis politiques. Que la coalition des 14 partis de l’opposition, en partie ou dans sa totalité, participe ou non au processus électoral n’aura aucun impact sur la qualité des élections. Il existe, dans le paysage politique, de nombreux partis politiques bien plus représentatifs que certains des partis membres de cette coalition. L’opposition a tort de nous sous-estimer et de nous prendre pour des Gugusse. Tout agissement contraire à la loi aura désormais des conséquences, immédiates et proportionnées.

Sans l’opposition, les actes de la Céni peuvent être légitimement remis en cause tout de même…

Il faut éviter des postures  dogmatiques ou idéologiques ou des positions figées qui procèdent parfois de procès d’intention. Si en participant à la Céni, les représentants des partis politiques ou de la société civile, issus de l’opposition parlementaire ou cooptés par elle, venaient à constater des faiblesses, des insuffisances ou des dysfonctionnement et qu’ils font des propositions d’amélioration et de consolidation du cadre électoral et des conditions d’organisation des élections afin d’en renforcer la crédibilité, la transparence et la fiabilité, les autres membres ne manqueraient pas d’en tenir compte. Le gouvernement et les experts de la Cédéao y seraient sensibles. Mais avant d’être à la Céni, anticiper, présager et préjuger de la qualité des opérations et activités menées jusque là et chercher à tout remettre en cause relève d’une stratégie dilatoire et d’une volonté de blocage pour retarder la tenue des élections législatives.

L’arrivée de l’opposition à la Céni impacte sur la réorganisation des Commissions électorales locales indépendantes (Celi)?

Cela va de soi.

Donc aussitôt que l’opposition entre à la Céni, il va falloir réinstaller les Celi chargées du recensement dans chaque préfecture?

Non, on n’a pas à réinstaller les Celi. Celles-ci existent et il s’agit pour les retardataires des les rejoindre. Cela n’enlève rien à la possibilité pour les uns et pour les autres d’évaluer ensemble l’état d’avancement des opérations électorales, notamment du recensement électoral et d’apporter des ajustements si nécessaire. Depuis le début de la situation socio-politique que le Togo vient de traverser, nous étions pleinement conscients des stratégies et des postures qu’adopterait la coalition concernant notamment le processus électoral. Cette coalition se croit plus «malin» que tous les autres Togolais. Rien ne nous surprend et rien ne nous émeut. Et ce n’est pas la première fois que l’opposition rejoint un processus électoral qui a déjà évolué. On est donc habitué à cette attitude. Nous aurions voulu que dès le départ, lorsque l’Assemblée nationale avait lancé le processus de renouvellement de la Céni, les partis politiques concernés acceptent de jouer le jeu en tenant compte des compromis et des arrangements qui ont toujours eu lieu concernant les représentants des partis politiques extraparlementaires et de la société civile. Mais l’opposition s’est enfermée dans une logique de blocage, de surenchère et de chantage. Cela n’est en rien dans l’intérêt de notre pays et on ne devrait pas accepter de pareils comportements.

Si on se fie au chronogramme actuel de la Céni, d’ici 10 semaines, le Togo organiserait des municipales, un référendum et des législatives. C’est une utopie évidente, ça n’est pas possible.

D’abord, il faut souligner que le référendum n’aura de sens et de portée que si le débat démocratique à l’Assemblée nationale est bloqué ou échoue. Dans les prochains jours, le gouvernement concevra un projet de révision constitutionnelle qui bénéficiera de l’appréciation de l’expert constitutionnaliste de la Cédéao avant d’être soumis à la représentation nationale pour examen. Ce projet se conformera aux orientations et aux axes définis par la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’institution ouest-africaine. Nous espérons que les partis parlementaires joueront le jeu et que la réforme sera adoptée à l’Assemblée nationale sans qu’il soit nécessaire de recourir à une consultation référendaire. Quant à la date du 20 décembre, le gouvernement et la Céni sont tenus par deux impératifs. D’une part les décisions et recommandations de la Cédéao, et d’autre part les contraintes et délais légaux imposés par le code électoral.

Parlons réforme. Qu’est-ce qui sera fait d’ici le 20 décembre concrètement? Redécoupage, la cour constitutionnelle cassée, qu’est ce qui changera?

Tout ce qui touche aux élections législatives n’a plus vocation à être réformé. Nous sommes pratiquement à la veille du scrutin législatif! Nous aurions souhaité, lorsque cela était encore possible, notamment sous les auspices du président ghanéen, entre février et avril 2018, pouvoir examiner les réformes électorales et les mesures susceptibles de contribuer à la consolidation du cadre électoral. Malheureusement, la coalition des 14 et ses leaders ont toujours estimé qu’il n’était pas question de parler de réformes électorales avant d’avoir réglé la question du «retour à la constitution de 1992 et d’avoir acté l’impossibilité pour le chef de l’Etat actuel de se présenter à la prochaine élection présidentielle». Depuis lors, ce regroupement et ses leaders ont considérablement évolué. Il faut s’en féliciter.

Entre temps, la Cédéao s’est saisie pleinement de la situation socio-politique au Togo et un canevas a été défini. Ce qu’il est advenu d’appeler «la feuille de route de la Cédéao» s’inscrit dans le respect du cadre électoral tel qu’il existait le 31 juillet 2018, sinon même la date du 20 décembre ne se comprendrait pas. Même le réaménagement de la Céni et de ses démembrements est intervenu en application du cadre électoral actuel. Des décrets pris en conseil des ministres sont d’ailleurs venus déterminer les ressorts des circonscriptions électorales et le nombre de députés par circonscription. Cela n’a plus vocation à être modifié de nouveau. Idem pour le mode de scrutin.

L’opposition n’accepte pas ce découpage…

Et pourquoi l’opposition contesterait le découpage?

Jean Pierre Fabre, chef de file de l’opposition dénonce le fait d’être élu par un nombre 4 à 6 fois supérieur à celui qui permet d’élire un député dans les régions qui sont favorables à Unir…

Quand il le dit, ce n’est ni crédible ni cohérent. Il parle aussi du député de l’ANC (Alliance nationale pour le changement, Ndlr) élu à Assoli, ce qui prouve que l’ANC peut gagner des sièges dans n’importe quelle circonscription électorale. D’ailleurs, j’ai entendu l’opposition et particulièrement la C14, depuis le 19 août 2017, dire qu’elle a le peuple avec elle, qu’elle est populaire dans tout le pays et que tous les Togolais sont contre le parti Unir qui serait rejeté par les populations. Cette coalition a proclamé que les digues ont cédé et les anciens fiefs et bastions du parti majoritaire sont tombés. Si c’est le cas, qu’ils aillent aux élections et les résultats l’attesteraient.

L’union Européenne s’est inquiétée de ce que le quotient électoral au sud soit supérieur à celui du nord. elle dénonce en quelque sorte un redécoupage déséquilibré dans 3 rapports successifs. Et elle a raison…

Où est ce que vous situez le nord et où vous situez le sud? La région des plateaux c’est aussi le nord? Sur 25 sièges, Unir en a gagné 22. Le découpage n’est donc pas un problème, les partis politiques sont supposés avoir une implantation et une représentation nationales. Ils doivent donc pouvoir gagner partout, et c’est ce que le parti UNIR a fait lors des dernières élections législatives, à l’exception de Yoto! L’ANC  (Alliance nationale pour le changement, Ndlr) doit pouvoir gagner dans n’importe quelle circonscription électorale. Toutes les capitales ont une particularité, en termes de concentration de population liée à la concentration des services et des institutions. Nulle part au monde, la population de la capitale ne sert de repère et de point de référence pour le découpage des circonscriptions électorales qui, au demeurant, obéissent à d’autres critères et facteurs, en plus de l’élément démographique. Le député ne représente pas uniquement des populations, mais également un terroir et des réalités sociologiques.

Jean Pierre Fabre disait récemment qu’il n’aura pas une nouvelle constitution sans la fameuse phrase «en aucun cas, nul ne peut faire plus de deux mandats». Qu’en pensez-vous?

Les Togolais ont eu suffisamment de temps et d’occasions pour apprécier de la constance et de la cohérence  de Monsieur Jean Pierre Fabre.  En 2015, il disait qu’il n’irait pas à l’élection présidentielle sans la modification de la constitution, mais il y est allé finalement. Au lendemain du 19 août 2017, il a situé son combat non dans le cadre des réformes politiques, mais dans une optique de départ immédiat du Chef de l’Etat, puis il a évolué en exigeant le rétablissement de la constitution dite originelle de 1992. Je rappelais tantôt la position de la C14, portée et défendue par Monsieur Jean-Pierre Fabre, le 23 mars 2018, et qui consistait à refuser de parler des réformes électorales et ou de la consolidation du cadre électoral tant que la question du retour à la constitution de 1992 n’était pas réglée. Chacun constate qu’il n’en n’est rien. Donc, il faut toujours lui laisser le temps pour évoluer.

Vous êtes assez proche de Louis Michel, ancien commissaire européen qui est derrière Zétes, la société belge impliquée dans l’organisation technique des élections. L’opposition refuse d’aller aux élections avec Zétes, qui est l’instrument de fraudes selon elle, vous la comprenez?

La proximité supposée entre cette société et l’ancien commissaire européen relève d’affabulations calomnieuses et diffamatoires. L’opposition et ses partisans, lorsqu’ils sont à court d’arguments, se croient obligés de recourir à des attaques personnelles et le dénigrement. Il ne revient ni au gouvernement ni aux partis politiques de sélectionner les prestataires de services de la Céni, une institution indépendante. Cette dernière doit pouvoir choisir librement ses prestataires dans le respect des procédures de passation des marchés publics. Mieux, il est prévu un audit du fichier électoral une fois qu’il aura été confectionné et établi. Faisons confiance à la Cédéao pour le faire au moment opportun, par le biais de ses experts et du cabinet qu’elle sélectionnera.

En 2020, Faure aura fait 15 ans. Est-ce qu’il y a une chance même minime qu’il ne se représente plus?

Si vous êtes à la tête d’un pays comme le Togo, dans sa situation d’aujourd’hui avec tous les défis auxquels nous sommes confrontés, et vous vous mettez en 2018 à spéculer sur une élection qui se tiendra en 2020, vous ne serez pas pris au sérieux. Le président Faure a beaucoup de travail pour penser à sa réélection. Cela n’enlève rien à la réalité et à ma conviction. Dans les circonstances actuelles, personne au sein de l’opposition n’incarne une alternative sérieuse et crédible pour notre pays. Outre la politique et l’action qu’il conduit au service de notre pays, les qualités personnelles et la vision du président Faure en font le dirigeant idéal pour le Togo.

Au pouvoir depuis 2005, il est évident qu’en 2020, même si la constitution n’adopte pas expressément la notion de rétroactivité, Faure Gnassingbé ne devrait plus se présenter, sauf mauvaise foi…

Cette question ne se pose pas. Une réforme constitutionnelle obéit à des normes, des principes et des règles de la démocratie et de l’Etat de droit. Quand on opère une révision constitutionnelle au Sénégal, en France ou au Togo, les principes sont les mêmes. Je vous renvoie aux révisions constitutionnelles réduisant la durée du mandat présidentiel en France en 2000 et au Sénégal en 2016 et aux décisions des conseils constitutionnels de ces deux pays concernant les effets d’une révision constitutionnelle dans le temps. La volonté d’un dirigeant ou d’un parti politique et même les desiderata d’un regroupement de partis politique ne peuvent primer sur ces règles, principes et normes juridiques.

Êtes-vous candidat pour les législatives?

Patientons. Vous le verrez le moment venu. Mais candidat ou pas, je m’engagerai et je me battrai sur le terrain pour que la liste de mon parti Unir l’emporte sur toute l’étendue du territoire. C’est un défi personnel et collectif.

Interview réalisée à Lomé par

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Page 1 of 5

Infos Sport

Facebook

Calender

« November 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30