Economie

  1. Economie

Error: No articles to display

Santé

  1. Health

Error: No articles to display

Au Ghana, la rencontre de la Cédeao avec la junte militaire qui a le pouvoir en main n'a pas évolué. La Cédeao avec son document en main, propose une transition de 12 mois avec à la tête un civil alors que, dans le document que vient défendre la junte militaire tourne autour d'une transition de 18 mois avec à la tête un militaire ou un civil. Certains points du document de la junte ne satisfait pas aussi la délégation du M5-RFP qui demande une correction.

La mauvaise nouvelle vient s'ajouter au quotidien des maliens. Leur  ex président, Moussa Traoré est mort ce 15 septembre 2020. Sa mort coïncide avec le sommet de la Cédeao en vue de trouver une issue à la crise liée  à la démission de l'ex président IBK suite à une mutinerie de l'armée. Depuis son départ du pouvoir et la dissolution des institutions de la république, c'est  la junte qui a les dossiers du pays dans les mains.

Rien que de la reculade au terme de la 57e session ordinaire de l'institution sous régionale, la Cédeao au Niger le 07 septmebre 2020. Face au Mali, Issoufou Mahamadou et quelques dirigeants notamment Alassane Ouattara et ALpha Condé laissent des plumes. Eux qui avaient croire que, la ligne à ne pas franchir au Mali, c’est la démissionner de IBK. Aujourd’hui, c’est IBK même qui a démissionné en toute responsabilité. En maintenant ses sanctions économiques contre Bamako et contre le Comité national pour le salut du peuple (CNSP), cette institution qui a fini par avaler la couleuvre par la tête, veut faire croire qu'elle a toujours la commande de l'écran. Au contraire.

Au Mali, tous les regards sont finalement braqués sur le camp de Kati. Les maliens se demandent ce que le conseil national pour le salut du peuple leur réserve après la mutinerie qui a contraint le président IBK à libérer le palais présidentiel. Une interrogation juste mais, les militaires du CNSP rassurent. En attendant les travaux de la concertation nationale sur la transition, cesamedi, les termes de référence de cette assise seront validés ce samedi

L'ex président du Mali, IBK est hospitalisé dans la clinique Pasteur en terre malienne. La clinque Pasteur est un établissement privé de Bamako. Un important dispositif sécuritaire des hommes du comité national pour le salut du peuple  est visible sur place

L'homme qui a porté la contestation dans son pays s'appelle Imam Dicko. Après l'achèvement de la lutte par les militaires, le célèbre imam avait fait savoir son intention, celle de rester Imam et rien d'autres. Avant de regagner sa mosquée, Mahmoud Dicko avertit les militaires à la base de la mutinerie qui a amené IBK a démissionné en toute responsabilité. "Je suis retourné dans la mosquée mais n’oublions pas que la mosquée est au Mali (...)", dit-il

Au Mali, le visage du nouveau président est connu. Ce, après la démission en toute responsabilité après la mutinerie survenue le 18 août 2020. C'est par un "acte fondamental" rendu public dans le journal officiel du pays qui consacre le titre du nouveau président du pays. Découvrons la biographie du nouveau président malien.

L'ex président malien, qui a démissionné en toute responsabilité est libéré par la junte militaire. Sa libération traduit dans les faits, l'engagement des militaires de la mutinerie dans leur promesse faite à la mission de la Cédeao. IBK avait également émis le souhait de quitter provisoirement le Mali pour poursuivre un protocole de soins à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, et le principe de ce séjour aurait été accepté par le CNSP

L'influent Imam Dicko, fer de lance de la contestation dans un message, s'adresse aux chefs d'état africains de l'institution sous-régionale  la Cédeao en des termes clairs. Pour l'Imam, ceux qui vont faire subir au peuple malien la sanction, seront châtiés par le bon Dieu. A l'endroit des militaires du mali, Dicko leur demande de rester dignes et d'honorer leur engagement. Lisez.

Au Mali, les folles rumeurs distillées par des médias font croire qu'après la mutinerie qui a tactiquement évincé du pouvoir IBK et l'ensemble des institutions du pays, ce serait la dictature avec la junte militaire. Non. Au  Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP), rien ne se fera de façon unilatérale. Celui qui va diriger la transition sera également discuté entre maliens ici et non décidé par le CNSP de façon unilatérale, a déclaré le porte parole du CNSP lors d'un entretien avec les médias.

Infos Sport

Conseils des Ministres

Facebook

Calender

« September 2020 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30