La coalition et ses militants de l'opposition ne sont pas dans les rues à Lomé mercredi comme ce fut le cas à l'intérieur du pays. Et pour cause. La manifestation est étouffée dans l'oeuf et le petit poussin n'a pas vu le jour.

Militants et sympathisants de l'opposition togolaise manifestent à partir de ce jour et ce jusqu'à vendredi prochain. Seulement, la manif est interdite par les autorités pour dit-on, se conformer à l'engagement pris au dialogue par les acteurs politiques avec le facilitateur.

L’opposition persiste et signe. Les manifestations qui sont programmées pour 4 jours et qui sont interdites par le ministre de l'administration territoriale auront lieu. Il ne revient pas au ministre Payadowa  Boukpessi d’interdire les manifestations selon les responsables de deux formations membres de la coalition de l'opposition: Anc et la CDPA.

C'est donc avec surprise que les togolais, vivant sur le territoire national et à l'étranger ont pris connaissance du communiqué daté du 2 février 2018 par lequel les Ministres des Affaires étrangères de la Guinée et du Ghana représentant les chefs de l'Etat désignés comme médiateurs  dans la crise politique  annoncent la date d'ouverture du dialogue pour le 15 février et précisent que " ….tous les acteurs  au dialogue conviennent de la suspension des manifestations publiques  à compter de la publication de la date dudit dialogue.. ".

Une manifestation est en cours dans la préfecture Wawa contre le découpage  entrant dans le cadre des élections futures.

L’opposition togolaise met la pression sur le régime de Faure Gnassingbé à travers ses multiples manifestations de rue. Cinq mois après, le bilan reste quand même élogieux àl l'actif de l’opposition. C’est ce que dévoile Gnimdéwa Atakpama du Parti des Togolais.

Deux partis politiques, Union pour la République (Unir) et l’opposiion au sein de la coalition des 14 partis politiques manifestent ce samedi. La première exige la paix, la seconde, le retour à la constitution de 92 et le vote de la diaspora.

Ce mercredi à l'appel de la coalition des 14 formations politiques de l'opposition, la rue a drainé de milliers de manifestants.Demain jeudi et samedi, la rue, toujours la rue.

Dans un document envoyé à la présidence de la République, le collectif des jeunes pour le développement (CJD) avec le soutien de ses partenaires, demandent à ce que le gouvernement met fin aux manifestations de l’opposition.

Du 27 au 29 novembre 2017, le président français, Emmanuel Macron sera au Burkina Faso. Mais son arrivée sera un peu bousculé à cause des manifestations qui sont prévues par les organisations de la société civile.

La raison des manifestations qui sont prévues est claire manifester "contre le pillage des ressources naturelles par les multinationales impérialistes, la présence militaire française au Burkina et le maintien du franc CFA, une monnaie coloniale qui aliène la souveraineté monétaire des États".

L'appel à la manifestation est lancé par sept organisations de la société civile: (CGT-B, CDAIP, MIPL,UGEB, ODJ et SYNAMUB). Le président Macron séjournera du 27 au 29 novembre à Ouagadougou, soit 31 ans après la visite Search visite d'un président français au Burkina Faso.

Au cours de son séjour, M. Macron livrera son adresse à la jeunesse burkinabé et africaine depuis l'Université Joseph Ki-Zerbo Search Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou, effectuera en compagnie de son homologue burkinabè à l'inauguration de la plus grande solaire en Afrique de l'ouest, situé à Zagtouli Search Zagtouli en périphérie ouest de la capitale burkinabé.

Infos Sport

Facebook

Calender

« July 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31