Il y a un temps pour tout. Un temps pour protester et un temps pour penser au développement du pays. C’est ce temps qui semble être arrivé au Togo où le pouvoir et une coalition de partis de l’opposition reconnaissent des avancées notables dans le processus de sortie de la crise qui les oppose.

S´agissant de la participation ou non du PNP aux éventuelles manifestations de la C14 dans les jours ou semaine qui suivent, M.Ouro-Djikpa a été plus que clair. La position du Parti du Cheval à ce sujet n´a pas bougé. Le Parti National Panafricain estime que la coalition de l´opposition devrait envoyer une délégation auprès des deux facilitateurs pour plaider la réalisation des mesures préalables ou d´apaisement que sont la libération de tous les prisonniers et la levée des sièges militaires dans les villes de Bafilo, Mango et Sokodé.

Ce jeudi comme prévue, le commissaire à la paix et à la sécurité de la CEDEAO, le Gal Francis Behanzin a rencontré les acteurs politiques impliqués dans le dialogue inter togolais. Si les échanges se sont bien déroulés, il faut noter que rien de potable n'est à mettre sous la dent.

La rencontre avec les deux facilitateurs et le communiqué final rendu public laisse voir que, pour une sortie de crise au Togo, il faut que pouvoir et opposition mettent un peu  d'eau dans leur vin. Les populations éprouvent d'énormes difficultés pour joindre les deux bouts. Ce depuis août 2017. Jusqu'à quand?

"Le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT) regrette la persistance de la crise politique que traverse le Togo depuis août 2017". Il dit comprendre la volonté de l’opposition à manifester, en vue de pousser la majorité à aller aux réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales. "Toutefois, il s’interroge sur la nécessité de manifester pendant que la reprise du dialogue est annoncée"

L'information liée aux mésententes en cours au sein de la coalition de l'opposition des 14 partis politiques au Togo, continue de couler de l'encre et de la salive.

President Nana Addo Dankwa Akufo-Addo has stressed the need for the feuding parties in the Togolese political impasse to continue to keep the door of dialogue open stressing that it was “extremely important.”

Le président qui a invité la coalition de l'opposition à venir à Accra pour des échanges,a pu échanger avec la délégation des 14 partis politiques togolais. Alors que l'opposition  a reçu le feu vert des autorités togolaises à encadrer la manifestation, Nana Akudo Addo  demande aux opposants de ne pas manifester. Le président ghanéen Nana Akufo-Ado est le facilitateur dans la crise togolaise.

L’espoir suscité dans les esprits des togolais suite à l’ouverture du dialogue inter togolais démarré le 19 Février 2018 s’amenuise au fil des jours. Après les premiers fruits du dialogue aux premières journées suivi d’une suspension de trois puis de deux  semaines, les protagonistes vont se transporter au Ghana auprès du médiateur, Nana Akufo Addo. L’opposition au sein de la coalition et le parti Union pour la République (Unir) ne s’entendent pas toujours sur  le " retour à la constitution de 1992 " et ses implications . Il faut le rappeler, la constitution de 92 a été votée par le peuple à près de 98%. Nous sommes en 1992. Mais, le pouvoir de feu Gnassingbé Eyadema a renversé les choses, ouvrant ainsi la voie à une présidence sans mandat limité.

Le dialogue politique s’ouvre au Togo le 15 Février 2018. Sa réussite est confiée au Seigneur par l’opposition à travers des séries de cultes.

Page 1 of 4

Infos Sport

Facebook

Calender

« November 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30