Le président du Mouvement citoyen pour la démocratie ( MCD), Me Tchassona Traoré n’est plus membre de la coalition de l’opposition. Comme il est rentré dans cette coalition, il est parti de la même manière sans autre forme de protocole.

Kofi Yamgnane, le président du mouvement "Sursaut-Togo", vient encore au devant de la scène politique dans un message de voeux. Conscient de la lutte pour un Togo démocratique qui s'ouvre à l'Alternance, Kofi Yamgnane dans un bilan de l'année 2018, estime que, le bilan 2018 du pouvoir togolais est triste:ce fut l'année du mépris et de la violence inutiles.

Les législatives, le gouvernement d'union, les prochaines manifestations,la C14, le clergé, la Cedeao, la loi Bodjona, Nubueké..., le ministre togolais de la fonction publique parle de tout dans une interview fleuve.

L'ancien président ivoirien en prison à la Cpi fait quelques confidences sur la vision de son avenir. Il n’exclut pas un retour en politique s’il est acquitté.

Après son appel aux populations à se faire recenser « à titre conservatoire », la logique aurait été qu’il aille jusqu’au bout en présentant des listes de candidats là aussi à titre conservatoire. Mais il a été obligé de jeter l’éponge au dernier moment face aux menaces de tous ordres y compris de mort proférées à son encontre sur les fameux réseaux sociaux par certains excités qui criaient à la trahison.Accusé également de traîtrise par ses pairs de la C 14 dont des membres éminents ont dit publiquement que son cas sera « réglé » (on imagine ce que cela veut dire), maître Tchassona n’avait d’autre choix que de rentrer dans les rangs par peur d’être isolé mais au grand dam de ses « lieutenants » à lui qui, tels des apôtres s’attelaient déjà à porter sa parole dans un périlleux exercice du Service-Après-Vente.

Le Quai d’Orsay s’est prononcé sur le dossier togolais. Il a exprimé sa préoccupation, quant à "la situation qui prévaut actuellement au Togo".

La logique aurait été à priori d'empêcher la tenue même des opérations de recensement, il n'en a rien été malgré les rodomontades affichées ça et là.

"(…) ; nous voudrions, au nom de la primauté de la paix, appeler les autorités compétentes à privilégier  la recherche de solutions consensuelles et durables de la crise actuelle, et à repousser de quelques mois, les élections législatives prévues le 20 décembre 2018 ". C’est la demande formulée par deux églises au Togo. Il s’agit de l’église évangélique presbytérienne du Togo (EEPT) et l’église méthodiste du Togo (EMT).

L'Union des forces de changement (UFC) sort officiellement son programme de société axé sur trois volets. C'est un ambitieux programme de société qui, mis en oeuvre, va sortir le Togo de sa pauvreté et renforcera le mieux vivre des populations. Pour les élections législatives du 20 décembre 2018, le parti de Gilchrist Olympio ne manquera pas ce rendez-vous électoral. Car, le parti compte au soir des élections, avoir une plus grande représentativité au Parlement afin d’être une force politique de proposition et d’élaboration du Togo nouveau.

Le président togolais Nana Akufo Addo a été édifié sur les préparatifs en cours dans le cadre des élections du 20 décembre 2018 dont la date est fixée par la feuille de route de la Cédeao confirmée après par le gouvernement togolais. Ce qui est fait et ce qui reste à faire sont détaillés  au facilitateur à Accra par Faure Gnassingbé à Nana Akufo Addo.

Page 1 of 5

Infos Sport

Facebook

Calender

« January 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31