Togo Times

Togo Times

u

La présidentielle togolaise qui aura lieu en 2020 connaitra la participation d’un jeune togolais dont nous taisons le nom. Ce jeune, jusque-là inconnu sur la scène politique se prépare à lancer un vaste mouvement politique d’envergure.
Il y a quelques semaines, la rédaction de www.togotimes.info  a publié un article portant sur le lancement d'une formation politique d'un Togolais, natif de la région de la Kara. Aujourd’hui, les choses se précisent. En attendant certaines démarches auprès de l’administration, le jeune président du mouvement  ne dort pas sur ses lauriers. Il multiplie des réunions sur réunions à la base.

Une dizaine d'organisation de la société civile tchadienne organisent le 8 mars prochain, un "concert de lamentation".

La somme est estimée à 5 millions de dollars. Le vol s’est déroulé le dimanche dernier et  la scène a duré quelques minutes. Aucun suspect pour le moment n’est arrêté. L'argent dérobé avait été confié à l'entreprise de transport de fonds Brinks.

Ils sont emprisonnés pour complot contre le président Pierre Nkunrunziza. Selon les informations, leur seule faute est d'avoir laissé Pierre Nkurunziza  malmené physiquement au cours d'un match de football qui s'était déroulé le 3 février dernier au nord du Burundi.

La coalition des  14 partis de  l’opposition prend une décision ferme. Elle va retourner dans les rues mardi, mercredi et jeudi prochains.  Une décision qui fait  suite au passage des militaires dans le village de Tikpi Atchadam et à la dernière nomination intervenue à la Ceni. A Kparatao, les militaires sont allés tabassés sérieusement les villageois. Pour quelle raison?

La diaspora togolaise s'est retrouvée à Dakar au Sénégal du 02 au 04 mars 2018. Occasion pour elle, de passer au peigne fin, la situation socio-politique du Togo. La rencontre est axée sur le thème «diaspora togolaises unies, debout et divers pour l'alternance et la démocratie». Après trois jours d'intenses travaux les participants aux assises sortent avec des résolutions.

Les portes des assises de la diaspora togolaise sont fermées dimanche dernier à Dakar. Les participants sont repartis sur une note de satisfaction. Ils attendent continuer la lutte l'Alternance au Togo. Aussi, sont-ils unanimes à poursuivre et à renforcer le lobbying diplomatique et à développer un argumentaire pour susciter une solidarité mondiale autour de la cause et les revendications des Togolais. Nous devons convaincre la communauté internationale qu’une relève responsable existe qui aura le souci de préserver les intérêts nationaux et étrangers. Les assises ont pour thème «diaspora togolaises unies, debout et déterminées pour l’alternance et la démocratieVoici l'intégralité du discours.

Quelle issue pour la crise politique qui secoue le Togo depuis août 2017? L’appel des sympathisants de Faure Gnassingbé pour l’organisation d’un référendum règlera-t-il la crise? La rédaction de Togotimes a tendu son micro au pasteur Edoh Komi qui donne sa position.

Suite au report de deux semaines du dialogue inter togolais, des voix ne cessent d’appeler Faure Gnassingbé à aller au  référendum pour départager les uns et les autres. Le débat devient intéressant puisque, sur les réseaux sociaux, militants de l’opposition et ceux de l’Union pour la république (Unir) s’entredéchirent. Mais la grande interrogation, est celle de savoir si l’organisation d’un référendum dans le contexte actuel du dialogue va résoudre le conflit politique.

 Les avis sont partagés. Certains togolais et non pas les moindres pensent que, aller au référendum dans les conditions actuelles, c’est verser de l’huile sur le feu. «Ceux qui appellent au référendum, poussent Faure Gnassingbé vers un précipice », confie un étudiant en fin de cycle en droit à l’Université de Lomé.

Point de vue que ne partagent pas du tout les fans de Faure Gnassingbé qui boucle son 3e mandat en 2020. «Notre champion n’a rien à cirer de la constitution de 92. On peut parler de son amélioration mais pas son retour originel », dixit-ils.

Nous avons tendu notre micro au coordonnateur du Mouvement Martin Luther King, Pasteur Edoh Komi. Si le référendum peut résoudre la crise politique togolaise, il y a une condition, explique Pasteur Komi Edoh. Selon lui, le référendum pourrait régler la crise togolaise à condition. Et la condition chez le pasteur, c’est l’organisation consensuelle avec tous les protagonistes, pouvoir et opposition.

«Le référendum pourrait régler la crise togolaise à condition que l’organisation soit consensuelle avec tous les protagonistes, pouvoir et opposition », a confié Edoh Komi du MMLK. Et d’ajouter «Sinon d’aucuns disent qu’à terme d’un référendum unilatéral, le peuple togolais se serait divisé  davantage, raison pour laquelle la voie du consensus reste et demeure indispensable. Si donc il faudrait y aller, cela passerait par la décrispation de la situation dans un souci d’apaisement à travers le dialogue. C’est le cri de Cœur que le MMLK lance  aux deux parties. C’est l’ultime étape pour notre pays et personne n’a droit à l’erreur sinon les générations présentes et futures s’absoudront pas les acteurs politiques d’aujourd’hui »

Le Togo traverse une crise politique grave depuis août 2017. Le Parti national panafricain (Pnp) revient au-devant de la lutte pour un Togo en posant deux revendications : le retour à la constitution de 92, le vote de la diaspora.

C’est autour de ces deux exigences que le parti a déversé ses militants le 19 août pour une manifestation pacifique qui a été malheureusement réprimée dans le sang. D’où l’origine de la crise qui ébranle le pouvoir de Faure Gnassingbé.

Togotimes

Joindre la rédaction de Togotimes en composant les numéros 00 228 99 67 27 57 / 98 99 00 98


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /htdocs/templates/ts_dailytimes/html/com_k2/templates/default/user.php on line 271

Infos Sport

Facebook

Calender

« October 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31