Togo: Dangote montre un visage inhumain et veut s'enrichir sur la misère des togolais Featured

Written by  May 08, 2018

Au Togo où il veut installer une usine, le richissime homme d'affaires montre un autre visage qu'on ne lui connaît pas peut-être. Lui, c'est Dangote. Il  veut aussi rouler sur la misère des Togolais, en payant le mètre carré de terrain à 5 F  CFA.

Le village qui va accueillir l'usine de cimenterie de DANKOTE s'appelle Bado, sis dans la Préfecture de Vo, à 56 Km de Lomé. Décidément, les Togolais ne peuvent pas vraiment compter éternellement avec les usines de cimenterie installées dans le pays ou encore celles qui y aspirent.

Alors que son introduction sur le marché togolais préalablement pour la vente de ses produits à un prix relativement plus bas que celui déjà pratiqué sur le marché togolais a été salué par les Togolais avant même que le gouvernement n’intervienne pour établir la parité, l’installation de l’usine de Dangote risque de faire des mécontents surtout dans les localités de Bado (Canton de Dagbati) dans la préfecture de Vo.

C’est du moins ce sur quoi le Mouvement Martin Luther King (MMLK) veut attirer l’attention des Togolais en saisissant notre rédaction au travers d’un document. Il y est relevé que, ""sur le point de s’installer au Togo avec une usine de cimenterie à travers l’extraction du clinker, une délégation représentant ladite société s’est rendue ce 7 mai 2018 (hier, ndlr) dans la préfecture de Vo notamment à Dagbati et à Mome-Hagou, pour échanger avec les propriétaires des terres ciblées et identifiées"" Mais s’interroge Pasteur Edoh Komi et ses collègues du MMLK qui suivent de près ce dossier, ""environ 700 hectares sont attendus pour être expropriés aux populations mais dans quelles conditions au 21eme siècle ?"".

Il est indiqué dans le dit document qu’ "" au cours de cette réunion à laquelle a pris part le délégué du MMLK dans la zone, les procédures ont été déjà viciées avec la violation de l’article 27 de la Constitution togolaise, les principes de la déclaration universelle des droits de l’Homme et les droits des peuples autochtones. On voit déjà venir l’opacité et l’obscurantisme légendaire avec lesquels la gestion minière a été toujours objet, loin des normes et des principes de l’ITIE (l’initiative pour la transparence des industries extractives)"". Fort de cet obscurantisme que constate ce mouvement qui se veut la voix des sans voix, il s’insurge et juge ""inadmissible que sans présenter aux populations un contrat minier que DANGOTE a signé avec l’État Togolais dont mention est faite d’étude d’impact environnemental, la délégation de ladite société a annoncé le recensement des produits pérennes et vivaces et a donné même le prix du mètre carré à 5F soit 50.000f l’hectare en terme de location dont la durée n’est pas précisée (par mois, trimestre, semestre ou par an ?)"", ceci, surtout que ""selon la délégation, ce modique et antique prix serait fixé par l’État Togolais, loin d’une aberration ou d’une abomination en ce 21eme siècle"". Il proteste donc ""vigoureusement de vive voix contre cette forme d’exploitation et d’esclavage des temps modernes à laquelle l’on tend encore à soumettre ces populations déjà éprouvées par l’exploitation des phosphates"" et ""déplore l’intimidation et le mépris dont ont été victimes les populations lors de cette réunion chaque fois qu’elles posent des questions d’éclaircissement sur les sujets évoqués"".

Droit dans ses bottes aux côtés des populations de Bado, le MMLK ""lance un appel pressant à mobilisation massive de ces populations afin de faire échouer ces procédures obscures savamment orchestrées par des individus peu scrupuleux et sans lois dont le but est de nuire à la dignité humaine"" et ""demande aux populations de boycotter les prochaines étapes de la procédure et de rompre toutes discussions tant que la transparence, la liberté et la justice ne seront pas garanties"".

Enfin réclame-t-il de l’Etat, ""des mesures conséquentes pour ne plus jeter ces populations à la pâture ou dans les gueules des loups"", et barrer la voie à ce que ""seules les industries extractives et leurs complices jouissent allègrement de ces différentes exploitations alors que les redevances fiscales et les indemnités de location n’ont guère répondu aux préoccupations durables des populations"".

Togotimes avec Telegramme228

Cet article est repris grâce au partenariat Togotimes-Telegramme228

Tél: 00 228 99 67 27 57 / 98 99 00 98

Infos Sport

Facebook

Calender

« November 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30