"Nous continuons de notre côté toujours à appeler les acteurs à privilégier la voix des urnes,...", M Adom Orphée Featured

Written by  Jun 11, 2018

Adom Orphée, Vice-Président du Collectif des Jeunes pour le Développement (CJD), dans cette interview, nous donne le regard du CJD sur la situation politique au Togo, comment cette structure de la société civile organise la diaspora pour sa contribution au développement. Sans   oublier les opportunités qui sont disponibles au CJD à travers ses partenaires au développement et notamment grâce à la Maison du Savoir et des Opportunités (MSO) dédiée à la jeunesse. Au plan politique, le CJD préconise la voix des urnes, comme seul chemin qui donne la parole au peuple en dernier ressort. Lecture.

Togotimes.info : Présentez-vous à nos internautes

Adom Orphée : Je m’appelle,  Adom Orphée, vice-président et coordonnateur du Collectif des Jeunes pour le Développement (CJD)

Parlez-nous de  ce collectif ?

Le CJD est entendu le Collectif des Jeunes pour le Développement et a  pour mission, Agir pour bâtir la cité, et contribuer à l’amélioration des conditions de vie de la   jeunesse togolaise, à leur  autonomisation, leur formation et à leur éducation. Nous avons  surtout comme ambition ou vision, de réconcilier et conscientiser la jeunesse togolaise pour une contribution au développement et à la construction d’une vraie Nation Togolaise apaisée.

Que retenir de la contribution de la diaspora dans le développement ?

Merci. Je vous informe que moi-même, je suis membre de la diaspora. Au CJD, nous aidons aussi cette diaspora à mieux s’organiser pour s’impliquer dans le développement de notre pays. Nous avons au CJD une cellule de la diaspora, appelée Diaspora Togolaise pour le Développement (DTD).

Vous savez, la diaspora s’intéresse à notre pays et on a tendance à croire qu’elle ne s’intéresse seulement qu’aux questions liées à la  politique. Il n’y a rien de plus faux.

En tant que membre de la diaspora togolaise, je sais que lorsqu’on est à l’extérieur, on a à cœur le bien-être des nôtres et le développement du pays. Donc, on voudrait aider  pour que tous les autres de la diaspora s’impliquent davantage.

C’est pourquoi, une cellule est mise en place au sein du CJD et qui s’occupe des questions de la diaspora . Comme je le disais, elle est appelée la Diaspora Togolaise pour le Développement. En son sein, nous avons, la Maison de la Diaspora pour le Développement (MDD).

Comment le CJD organise-t-il cette diaspora dans le sens du développement ?    

Le CJD Organise la diaspora de façon simple à travers la cellule MDD dédiée à la diaspora.
Au sein de cette cellule, nous voudrions que quand un membre de la diaspora arrive au pays, qu’elle lui serve d’interface et d’intermédiation avec les autorités togolaises.

Au niveau national, nous avons des délégués régionaux et préfectoraux. Au niveau international nous avons des délégués continentaux que ce soit aux USA, en Afrique, etc.

Nous avons un responsable qui est exclusivement chargé de travailler avec plus d’une cinquantaine de partenaires pour débusquer les opportunités d’affaires pour notre pays. Et c’est au sein de ces réseaux de partenaires que le travail se fait  avec les délégués continentaux. Nous y travaillons sur tous les projets d’investissement au bénéfice de notre pays…

Quels sont les projets essentiels en vue  au CJD ?

Nous avons un programme connu de tous : ABC, Agir pour Bâtir la Cité. Ce programme est déployé depuis Juillet 2017. Malheureusement, les évènements d’Août 2017 ont freiné son déploiement sur toute l’étendue du territoire. Au sein de ce programme, nous avons 3 grands projets.

Le projet qu’on appelle « un geste pour une vie ». Dans le cadre de ce projet, nous sommes allés donner par exemple des produits de 1ère  nécessité   au CHU Campus. Avec nos partenaires, nous donnons des matériels médicaux et d’autres aides ponctuelles quand c’est nécessaire pour sauver une situation désespérée. Nous aidons aussi, selon nos moyens, les plus nécessiteux.

Ensuite, il y a un 2e projet phare  dénommé la « Maison du Savoir et des Opportunités (MSO) ». Ici, nous travaillons avec les partenaires. A terme, c’est de doter chaque étudiant d’un  ordinateur PC/smartphone pas pour surfer seulement mais pour lui permettre de se connecter à la maison MSO pour améliorer ses connaissances et/ou chercher les opportunités d’affaires, les jobs, les formations, etc.

Dans cette Maison, nous voulons créer une technologie de base de connaissances et de ressources humaines, pour appuyer non seulement la recherche scientifique, mais aussi et surtout afin que nos partenaires qui voudront venir investir à Lomé ou dans le pays, puissent y puiser dans les ressources humaines disponibles en occurrence les jeunes. Le troisième et dernier projet intitulé « DO NO HARM (ne pas nuire à autrui) », nous est aussi très cher.

Nous voulons à travers ce projet, faire revenir aux valeurs cardinales, de la citoyenneté qui sont le civisme, la civilité et la solidarité.  Ce projet, nous l’avons lancé le 3 mars dernier. Et c’est pour prôner les valeurs précitées que nous nous sommes constitués en collectif d’organisations de la société civile  dénommé Collectif des Organisations de la Société Civile pour une Diplomatie Non Gouvernementales afin de bâtir et construire la cité dans la paix.

Nous faisons ce programme aussi pour appuyer la vision du chef de l’Etat en vue d’assurer le développement de notre pays dans un climat  social apaisé. Malheureusement, les soubresauts politiques nous empêchent de déployer sereinement nos énergies sur le terrain.

Quel regard le CJD porte sur la situation politique togolaise ?

Notre regard est toujours clair. Depuis le 19 août 2017, nous avons appelé les acteurs au dialogue, et à préserver la paix qui est très chère pour le Togolais. Nous avons œuvré de toutes nos forces pour  inviter tout le monde à privilégier la paix, surtout les acteurs  politiques à aller vers l’approche consensuel prôné par le du Chef de l’Etat, et si on privilégie ces différentes approches de consensus, vous verrez que cette paix sera garantie et de facto le développement.
Nous continuons de notre côté toujours à appeler les acteurs à privilégier la voie des urnes, comme l’ont préconisée les grands pays de démocratie.

C’est la solution ?

Nous n’avons plus que ça comme solution. En dernier ressort, il faut que le peuple se prononce

Propos recueillis par A. Yao

Togotimes, l’information en temps réel.   

 

Last modified on Monday, 11 June 2018 18:47

Infos Sport

Facebook

Calender

« August 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31