Rumeurs ou clameurs: Pascal Bodjona a-t-il décidé de rejoindre les manifestants de la coalition C14? Featured

Written by  Jul 31, 2018

La coalition aura-t-elle à ses côtés dans les jours à venir,  un gros poids politique dans sa lutte pour l'Alternance totale au Togo? Foly Satchivi estime que, Pascal Bodjona a un devoir de soutenir toutes les initiatives que ce peuple prend en vue de sa liberté".

Qu'est-ce que Pascal Bodjona a dit à Satchivi confidentiellement? La question mérité d'être posée puisque, l'étudiant politicien, Foly Satchivi a rompu le silence sur la question.

En conférence de presse le 30 juillet 2018 à Lomé, le coordonnateur du mouvement "En aucun cas", a laissé entendre que, l'ancien ministre de l'administration territoriale, Pascal Bojdona, en disgrâce avec le régime de Faure Gnassingbé, doit rejoindre et rapidement le peuple dans la rue.

A l'endroit de l'ex-ministre, Satchivi déclare: "alors que vous êtes un enfant qui est chassé de votre maison avec des gourdins au départ et que vous avez la certitude que désormais c’est des flèches empoisonnées qui vont être utilisées contre vous, vous n’avez qu’un choix, avoir votre hutte ou s’abriter sous le toit de quelqu’un".

En analysant en profondeur cette déclaration, l'on a besoin d'aller pour trouver la solution. Foly Satchivi est en train de demander à Pascal Bodjona de rejoindre le peuple dans la rue.  

L'étudiant politicien va plus loin en taclant l'ex-ministre de briser le silence sur son appartenance politique.

"Nous demandons à Pascal Bodjona de dire au peuple togolais de quel côté il est véritablement. Cela fait douze mois que nous avons commencé la lutte, mais il n’a pas encore dit de quelle coté il est.

Il a demandé pardon on a accepté mais qu’il prenne position à travers des actes concrets pour le peuple", a dit M Satchivi et d'ajouter
"Aujourd’hui nous pensons qu’ après avoir commis des crimes contre le peuple, après avoir demandé pardon à ce peuple qui l’ a accepté, il devient pour lui un devoir de soutenir toutes les initiatives que ce peuple prend en vue de sa liberté".

Trop c'est trop

Au nom de quoi Folly Satchivi fait ce qu'il convient de qualifier d'un ordre à Pascal Bodjona? Satchivi est-il en mission commandée pour enfoncer les clous à Bodjona? Ou bien, une mission commandée pas l'intéressé lui-même?  Ces interrogations, l'on peut multiplier à loisirs au regard des termes qui sont utilisés par le coordonnateur du mouvement en Aucun cas". Quoiqu'on dise, Pascal Bodjona n'est pas un petit enfant à qui il faut apprendre à parler la langue des politiques.

Satchivi ne peut en l'état actuel de la politique togolaise,  s'ériger en donneur de leçon à un homme de conviction qui est Pascal Bodjona. La sortie de Satchivi il faut l'avouer, n'est pas loin d'une provocation de trop envers l'ex-ministre. Ce n'est pas parce que, la politique devient une mangue au bord de la route au Togo- facile à déguster par qui veut- que Satchivi  doit passer à la vitesse supérieure.

Le dossier dans lequel est impliqué Pascal Bodjona, sa prison jusqu'à sa sortie, ne doit pas devenir une occasion pour créer des problèmes là où ils NE devaient pas y avoir. Si Pascal Bodjona doit rejoIndre une hutte politique ou créer sa propre hutte politique, cela reste une affaire à Bodjona qui doit mesurer le pour ou le contre. Le Mouvement en "Aucun cas" doit faire le distincgo dans les choses. Que l'on cherche de la poux sur une tête rasée, c'est peut-être une mission obscure reçue. Est-ce une mission commandée? Ou bien Pascal Bodjona a-t-il dit quelque chose dans ce sens à Satchivi? Si Oui, alors Satchivi...

Pascal Bodjona va t-il rejoindre l'opposition dans la rue dans les jours à venir? Ou bien, s'affichera t-il au côté de ses colocataires  dans l'ancienne maison politique?. La question est maintenant de savoir si l’ex ministre va accepter l’option à lui donnée par Foly Satchivi.

Impliqué dans une affaire d'escroquerie

Tout commence en 2012 quand, l'ancien ministre s'est vu signifier, le 1er septembre, une inculpation pour "complicité d'escroquerie" par la justice. M. Bodjona est soupçonné d'avoir joué un rôle important dans une arnaque à la nigériane qui a couté 48 millions de dollars à un homme d'affaires émirati, Abass Al Youssef.

L'affaire qui fait grand bruit met aux prises Bertin Sow Agba, homme d'affaires togolais, et un homme d'affaires émirati, El Youssef Abass, résident à Abu Dhabi. Ce dernier prétend avoir été la cible d'un réseau organisé par M. Agba dans le but de le voler. M. Bodjona sera convoqué devant le juge, puis inculpé et placé sous mandat de dépôt le soir du 1er septembre par le juge d'instruction.

Le plan à la nigériane

Les membres d'un réseau bien organisé seraient parvenus à tromper l'Emirati en utilisant une technique appelée " l'escroquerie à la nigériane" : des individus font croire qu'ils vont bénéficier d'une somme d'argent importante, léguée par un défunt mais bloquée dans une banque. Ils demandent alors le prêt d'une certaine somme à la future victime afin d'être en mesure, prétendent-ils de lever une somme suffisante pour débloquer le magot de la personne décédée. Appâtée par un pourcentage sur la somme finale une fois celle-ci débloquée, la victime tombe dans le piège et avance l'argent réclamé. Les faussaires disparaissent alors avec l'argent de la victime.

Et c'est cette méthode que l'homme d'affaire togolais, M Agba, selon les dires de l'émirati, aurait employée. Il se serait présenté comme le mandataire d'un ayant-droit du défunt président ivoirien Robert Gueï. L'histoire est classique : ce dernier aurait laissé à sa mort une fortune estimée à 275 millions de dollars, bloquée sur un compte en banque au Togo. Le prétendu ayant-droit aurait alors demandé l'aide de M. Abass afin de pouvoir accéder au pactole, lui faisant miroiter un alléchant pourcentage. Abass ne reverra évidemment jamais la somme avancée. M. Bodjona avait été cité dans cette affaire par l'émirati comme témoin et c'est à ce titre qu'il avait comparu

Pour le conseil de l'ancien ministre que les gens appellent affectueusement "Grand Format" à cause de son poids, les faits reprochés à leur client sont des faits de "complicité d'escroquerie". L'ex ministre sera gardé à vue au sein de la gendarmerie nationale de Lomé pendant plus de 7 mois dans le cadre de l'affaire qualifiée "d'escroquerie internationale". Ce, malgré les efforts de ses avocats qui proclament son innocence et qualifient la "procédure irrégulière et complètement viciée".

Rappelons que, Pascal Bodjona avait occupé les fonctions de ministre de l'Administration territoriale et de porte-parole du gouvernement de décembre 2007 à son éviction surprise du gouvernement, à l'occasion d'un remaniement le 31 juillet dernier.

A Yao

Togotimes, l'information en temps réel

Last modified on Tuesday, 31 July 2018 17:13

Infos Sport

Facebook

Calender

« August 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31