Feuille de route de la CEDEAO/ TOGO: DE L'URGENCE DE SE METTRE TRÈS VITE AU TRAVAIL SI ON TIENT AUX ÉLECTIONS Featured

Written by  Aug 06, 2018

 

Un Journaliste togolais vivant en Belgique décrypte l'actualité politique togolaise suite à la feuille de route de la communauté économique des états de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). C'était le 31 juillet 2018. Son analyse, succinte, reste claire et interpelle les acteurs politiques. L'analyse est titrée "de l'urgence de se mettre très vite au travail si on tient aux élections". Lecture.

TOGO: DE L'URGENCE DE SE METTRE TRÈS VITE AU TRAVAIL SI ON TIENT AUX ÉLECTIONS

"Le communiqué de la Coalition des 14 partis politiques de l'opposition prenant acte de la feuille de route tracée par la CEDEAO n'est pas allé loin dans ses intentions pour prendre une position claire par rapport à l'attitude à adopter afin de sortir le pays de cette léthargie qui nuit plus aux populations qu'aux parties en conflit dans le pays.

S'il est vrai que l'une des principales revendications de la C14 à savoir le retour à la Constitution de 1992 et le départ du pouvoir de Faure Gnassingbé maintenant ou en 2020 n'est pas actée, il en demeure vrai que des avancées significatives ont été obtenues qui pourront remettre sur les voies démocratiques notre pays. Si évidemment chaque acteur prend l'engagement de jouer franc jeu et de se montrer courageux pour assumer ses choix.

L'opposition togolaise, on ne cesse de le dire, a atteint ses limites et n'a pas les moyens de ses ambitions. Pas plus qu'elle ne peut détrôner le pouvoir, elle ne peut que s'accommoder à certaines réalités et tenter de partager le pouvoir avec le parti RPT/UNIR.

Dans la nouvelle donne du 31 juillet dernier, la corde est mise au cou de la C14 car du moment où les Chefs d'États et de gouvernement de l'organisation sous-régionale ont paraphé la feuille de route, il va être difficile qu'elle soit remise en question par les leaders politiques qui avant d'être rendue publique, en ont pris connaissance à travers la médiation quelques heures plus tôt dans une des suites de l'hôtel 2 février. De ce fait un refus d'application des recommandations sera condamnable par la cedeao qui prendra sûrement partie pour le pouvoir qui mettra tout en oeuvre pour aller au référendum afin de traduire les réformes politiques dans les faits à défaut d'un consensus à l'Assemblée nationale.

Le temps imparti pour aller aux élections législatives le 20 décembre est court. Voilà pourquoi l'opposition doit rapidement se prononcer clairement pour sa participation et envoyer ses représentants au sein de l'institution organisatrice des élections, la CENI. Le dialogue étant maintenu, les insuffisances relevées dans les recommandations notamment le redécoupage électoral, le rôle précis des experts électoraux, la supervision des élections, la recomposition de la HAAC et tous les autres problèmes à résoudre pour crédibiliser les élections doivent constituer l'objet de négociation pour aller vite.

Le gouvernement lors du conseil des ministres va sûrement envoyer dans les heures qui viennent le projet de révision constitutionnel. Ce sera une perche tendue à l'opposition qui doit se responsabiliser et aller loin dans les discussions notamment sur le rôle dévolu au Premier ministre. À moins qu'elle se braque à nouveau et refuse tout en sachant que la majorité présidentielle ira au bout des réformes. Et seule à sa manière.

Quand on a pas la force pour terrasser l'adversaire, il vaut mieux ruser et gratter peu à peu les points. Il ne s'agira plus désormais de brasser du vent tout en miroitant des promesses vaines au peuple. La réunion hebdomadaire du Parti national panafricain qui s'est réjouie des avancées significatives obtenues, donne déjà un signal positif de ce que sera le futur des débats politiques au Togo.

Que les vendeurs d'illusion prennent conscience de leurs limites et évitent la politique de la terre brûlée. Le peuple souffre. Pas les acteurs politiques. Alors mettez-vous au travail".

Piqué sur la page Facebook de Anani Sosou

Togotimes, l'information en temps réel

.......................................................................................................................................................................................................................................

RÉCLAME PUBLICITAIRE/DESTINATION DUBAÏ-TURQUIE

Envie de voyager sur la cité lumière Dubaï (Emirats Arabes Unis) ou sur la Turquie, pays frontalier de l’espace Shengen et à multiples opportunités (travail, affaires et études) ?

Pas de problème. Confiez-nous votre rêve de voyage et on se charge de le transformer en réalité.

Nous vous proposons des packages Visa-Hébergement-Travail-Billet d’avion en un temps record et à un coût défiant toute concurrence, pour ces pays en constante développement et qui n’ont rien à envier aux Grands d’Europe.

Conditions : 10.000 F cfa de frais de dossier, dépôt de passeport, une preuve de paiement des frais dus une fois le visa prêt et signature d’un engagement formel de paiement.

Package Dubaï : Coût de 1.100.000 F Cfa, traitement en 3 jours

Package Turquie (Visa et billet d’avion) : 1 650 000 F Cfa, traitement entre 2 et 3 semaines

Contact : 00 228  99 67 27 57
N.B : Pas de projet de voyage, prière s’abstenir. Merci !!!

Last modified on Monday, 06 August 2018 11:30

Infos Sport

Facebook

Calender

« November 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30