Albert Kate déclare: "Bloquer la candidature de Faure en 2020 et essayer d’évoluer avec la feuille de route c’est déplacer les problèmes" Albert Kate

Albert Kate déclare: "Bloquer la candidature de Faure en 2020 et essayer d’évoluer avec la feuille de route c’est déplacer les problèmes" Featured

Written by  Oct 11, 2018

Un Togolais de la diaspora a réagi par rapport à une déclaration du facilitateur ghanéen, Nana Akufo Addo. Albert Kate, comme c'est de lui qu'il s'agit, pense que, "Bloquer la candidature de Faure en 2020 et essayer d’évoluer avec la feuille de route c’est déplacer les problèmes".

Dans une interview à nos confrères de atlanticinfo, le Togolais de la diaspora, Albert Kate recadre le débat politique qui s’amplifie ces derniers moments. Surtout le débat sur le point d’achoppement dans la politique togolaise, la candidature de Faure Gnassingbé aux élections présidentielles de 2020 et sa position dans ce débat.

« J’estime que, la fin de cette crise peut être provoquée par l’implication dans le dialogue politique, des représentants de la diaspora et de la société civile, seuls, habiletés à bloquer les intérêts partisans et calculs politiciens des partis politiques », a déclaré dans sa sortie médiatique, M Katé. Voici l’intégralité de l’Interview

Info Diaspo: Albert Kate, la crise politique persiste, le président Ghanéen Nana Addo venait de préciser que le point d’achoppement demeure la question de la candidature de Faure Gnassingbé aux élections présidentielles de 2020, quelle est votre position ?

Albert Kate : Je remercie le Président Nana Addo d’avoir précisé ce point au moment où les politiciens togolais battaient le tambour autour de la question de la CENI qui déviait sciemment l’attention mais ayant sa racine dans les points de blocages du dialogue. Ma position est simple : Il faut laisser Faure Gnassingbé aller aux élections en 2020 s’il choisit d’y aller pour pouvoir résoudre les difficultés de 2018, comme je l’avais précisé quelques jours avant l’entretien du Président Ghanéen. Si les négociations ne trouvent pas rapidement une solution à ce problème de candidature du Chef de l’Etat, la mise en œuvre de la feuille de route ne sera pas facile et c’est pourquoi par prévision, le dialogue devrait continuer entre les protagonistes après le départ des Chefs d’Etat de la CEDEAO pour justement donner l’occasion de dénouer ces points d’achoppements, parce que tout est lié à cela. Il est temps que des togolais tirent ces politiques par leurs cravates pour les faire asseoir et il est temps que les médias et la société civile retournent les projecteurs sur la racine des problèmes ; au cas contraire on n’avancera pas. Retenez que les meilleures conditions pour aller aux élections de 2018, les meilleures reformes d’aujourd’hui dépendent du dossier de candidature de Faure. Ce que je propose a été fait au Benin en 90 avec succès mais jamais au Togo, le Professeur Zeus a dit la même chose. Ayons le courage. Pourquoi ne pas faire ce qui n’a jamais été fait au Togo, c’est-à-dire la méthode béninoise de 1990 pour résoudre la crise politique ?

Pourquoi selon vous la classe politique n’arrive pas à régler cette crise ? Faut-il garder espoir sur les travaux des experts de la CEDEAO ?

Quelle que soit la qualité du travail des experts, le compromis entre la C14 et le pouvoir est obligatoire pour un meilleur chef d’œuvre. L’inactivité de la société civile et de la diaspora dans les négociations a cloué tout le monde au ping-pong des politiques. Si le peuple veut changer la donne, il lui faut des représentants de la société civile et de la diaspora autour de la table de négociation pour en finir avec l’incapacité des politiques à régler la crise.

Vous aviez averti qu’après le règlement du contentieux sur l’équilibre à la CENI recherché par l’opposition, il y aura d’autres problèmes. La liste est déjà longue selon Jean Pierre Fabre. Que faut-il faire alors ?

Oui, Mr. Fabre a parlé du problème de la présidence de la CENI, du découpage, des listes électorales, etc. Ce qu’il faut noter est que tous ces éléments figuraient sur la liste des revendications des reformes que les politiques n’avaient pas pu régler en 5 mois de dialogue, pour faute de compromis sur la question de la candidature de Faure avant que la feuille de route ne soit publiée en Juillet. Transposer ces problèmes sur la feuille de route ne dit pas que les compromis impossibles au cours du dialogue ne sont plus nécessaires sous la mise en œuvre de la feuille de route. C’est pour cela, il vaut mieux aller régler ce problème de candidature du Chef de l’Etat rapidement et revenir ‘après’ sur ces points du découpage et autres et ne plus avoir de difficultés.

La diaspora et la société civile selon vous peuvent dénouer le blocage ?

Absolument, l’histoire nous dira que l’implication de la diaspora dans la crise a été à l’origine de son attention particulière par la communauté internationale. Aujourd’hui les politiques ont tout fait pour écarter la société civile et la diaspora des pourparlers mais où sont les résultats après huit mois de discussion entre politiques ? L’eau qui vient de déborder le vase est cette tactique qui a consisté à transformer les partis politiques en mandants des représentants de la société civile à la CENI, ce qui rend ces organisations aux bottes des politiques au lieu du peuple. Certainement qu’il y aurait eu d’autres mécanismes pour leur intégration afin de garantir l’indépendance de la société civile dans une institution indépendante pour qu’elle puisse librement trancher et garantir la vérité au lieu de représenter des positions politiques. Si la diaspora et la société civile pesaient de leurs forces dans les négociations, les partis politiques auraient des difficultés avec les intérêts partisans et les calculs politiciens, c’est là l’enjeu pour régler rapidement la crise. S’ils peuvent travailler ensemble à la CENI pourquoi ne peuvent-ils pas régler la crise ensemble dans les pourparlers aussi ? Chaque couche doit assumer son rôle, et aucune entité ne doit ôter à l’autre ses droits et devoirs pour ne pas détruire ce que nous avions construit depuis 1990 à un prix d’or et éviter ainsi de faire des questions de crises l’apanage des politiques seuls.

Avançons dans les compromis et arrêtons de servir un perpétuel scenario de bras-de-fer au peuple. Bloquer la candidature de Faure en 2020 et essayer d’évoluer avec la feuille de route c’est déplacer les problèmes. Faisons ce qui n’a jamais été fait comme les béninois ont fait en 1990.

Je vous remercie.

Soure: infosdiaspora

NB : Titre de l’interview changé

Infos Sport

Facebook

Calender

« December 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31