Affaire de composition de la Ceni: le gouvernement donne raison à l’UFC et appelle l’ensemble de l’opposition parlementaire à trouver un consensus Featured

Written by  Oct 24, 2018

Le gouvernement togolais a tranché la question de la présence de l’Union des Forces de changement (UFC) à la Céni. Il donne raison au parti de Gilchrist Olympio. Pour le gouvernement, il ne revient pas à la Coalition de désigner ni les représentants de l’opposition parlementaire ni ceux des partis politiques extraparlementaires ou de la société civile.

Tout est bien qui finit bien, dit-on souvent. Le bras de fer autour du membre de l’UFC siégeant à la Ceni et dont la coalition particulièrement l’Alliance nationale de changement (ANC) de Jean Pierre Fabre cherche à écarter est clos. L'UFC remporte sa victoire sur la coalition. Avec la sortie des membres du gouvernement ce mercredi face à la presse, l’opinion nationale et internationale est située. L’UFC est dans son droit. Et c’est ce que les membres du gouvernement ont dit mercredi à Lomé.

Ont pris part à la rencontre avec la presse,  les ministres Gilbert Badjilembayéna Bawara de la Fonction Publique, du Travail et de la Reforme Administrative, son homologue Payadowa Boukpessi de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales et le président du Groupe Parlementaire du parti Union pour la République (Unir), du député Christophe Tchao.

On notait aussi la présence du délégué national du mouvement des Sages Unir, le Prof Charles Kondi Agba et le président de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics, M. René Kapou

Les membres du gouvernement et sa majorité réaffirment que l’UFC est un parti politique de l’opposition et qu’il appartient à l’ensemble de l’opposition parlementaire de s’entendre pour trouver un consensus concernant la présence de l’UFC à la CENI. Sur la question de désignation des membres pour siéger à la Céni, le ministre de la fonction publique, porte parole du gouvernement, l’un des hommes surs de Faure Gnassingbé, Gilbert Bawara n’a pas mâché les mots. Selon M Bawara, «nulle part dans les décisions de la CEDEAO, il n’est fait mention ou état de la Coalition des 14 partis de l’opposition ». Ceci étant, explique le ministre, «la Coalition des 14 partis de l’opposition n’est pas une partie prenante de la CENI et nulle part il ne lui est conféré un droit quelconque de désigner des membres ou représentants à la CENI à la place des composantes et entités qui sont concernées».  Et donc, poursuit le ministre, «il ne revient pas à la Coalition de désigner ni les représentants de l’opposition parlementaire ni ceux des partis politiques extraparlementaires ou de la société civile».

M Bawara a fait aussi savoir que, toutes les initiatives et décisions de la CEDEAO, notamment les solutions préconisées, sont fondées sur la préservation de l’ordre constitutionnel togolais et des institutions établies et sur le respect des règles et principes de la démocratie et de l’Etat de droit, tels qu’ils sont prévus par les instruments juridiques de la CEDEAO.

Outre ce point qui bloque la composition de la Céni, les membres du gouvernement sont revenus de long en large sur la situation sociopolitique togolaise notamment le processus électoral,  le recensement en cours, sur l’état d’avancement dans la mise en œuvre des décisions et recommandations de la CEDEAO

Nous y reviendrons plus en détails

Togotimes, l’information en temps réel

Infos Sport

Facebook

Calender

« November 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30