Le Général Yark Damehane contredit par le commandant de la police régionale de la Volta, DCOP Ebenezer Doku donne la vraie version Featured

Written by  Jan 06, 2019

L’affaire de soldats togolais entrés illégalement sur le territoire ghanéen défraie la chronique dans le pays de Nana Akufo Addo. Si Lomé a rompu le silence et a précisé  dans un communiqué que, la gendarmerie a bel et bien effectué une mission d’identification et d’arrestation d’un ‘présumé criminel dans le village de Djogbé à Badou au Togo, au Ghana on sert un autre plat plus consistant. Le commandant de la police régonale de la Volta donne la vraie version.

Pour le petit rappel,  nous sommes le 1er janvier 2019. L’information circulait sur les réseaux sociaux comme quoi, 3 agents de sécurité du Togo sont  arrêtés par des habitants du village d’Amakou au Ghana et  ont failli être lynchés. Mais, grâce à l’intervention de la police du Ghana, le pire a été évité. Cette première version est servie à Lomé. Au Ghana,  le plat servi est un peu plus consistant puisque, prenant le contre pied du communiqué des autorités de Lomé.Car, les soldats togolais ne sont pas allés pour arrêter un ciminel comme le fait croire Lomé, mais un déserteur de l'armée togolaise. L’information est donnée par un média ghanéen, infosdaccra. Selon ce site citant le commandant de la police régionale de la Volta, DCOP Ebenezer Doku, ils sont quelques huit (08) soldats togolais à  entrer de manière inappropriée au Ghana.

"Leur mission illégale était d’arrêter un présumé déserteur de l’armée togolaise qui se serait caché à Amoako, une banlieue de Jasikan dans la région de Volta », rapporte le site ghanéen. Alors que, Lomé dans son communiqué, dit je cite "la gendarmerie a bel et bien effectué une mission d’identification et d’arrestation d’un ‘présumé criminel", mais dans le village de Djogbé à Badou au Togo. Mais par la force des choses, 3 agents du détachement se sont retrouvés ‘sans le vouloir’ sur le territoire ghanéen.

"Au cours de la mission, la personne recherchée s’est préparée à se défendre en recourant à une machette. La réaction de l’intéressé a conduit les agents de sécurité à le maîtriser. Suite à son arrestation, son épouse a alerté les habitants du village, notamment des jeunes qui se sont organisés pour s’en prendre et lyncher les agents de sécurité. Pris de court, ceux-ci ont tenté de s’exfiltrer de l’étau des jeunes de la localité. Malheureusement dans leur repli, 3 des agents de sécurité n’ont pas pu suivre le mouvement et se sont retrouvés dans les mailles des jeunes surexcités", indique le communiqué.

Selon le commandant de la police régionale de la Volta, DCOP Ebenezer Doku, la présence des soldats togolais au Ghana n’a pas été communiquée aux autorités ghanéennes. Lorsque leur opération a suscité des soupçons, les habitants se sont lancés à leur trousse.

Selon Mr Doku, responsable de la police de cette région, sur les huit soldats, les habitants de Jasikan, en colère, ont réussi à en arrêter trois avant de les attacher un à un pieu, apparemment pour exécution.

La police et le chef du district de Jasikan ont réussi à sauver les trois soldats togolais à Amoako (et ont été envoyés) au poste de police de Jasikan pour un interrogatoire, a déclaré cet officier au quotidien gouvernemental Daily Graphic.

Il a aussi révélé que les trois individus ont été escortés jusqu’à la frontière pour assurer leur sécurité, précisant que la police a informé Interpol Ghana pour interpeller leurs homologues togolais sur l’observation de la Convention internationale sur l’arrestation de citoyens en dehors de leur État souverain.

TGT avec Infosdaccra

Togotimes, L’information en temps réel

Last modified on Sunday, 06 January 2019 14:32

Infos Sport

Facebook

Calender

« March 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31