Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /htdocs/components/com_k2/models/item.php on line 763
Dr Samuel Mathey, Dr Samuel Mathey,

Interview exclusive: Dr Samuel Mathey parle du Plan national de développement du Togo lancé par Faure Gnassingbé dans une analyse minutieuse à travers cette interview exclusive Featured

Written by  Mar 08, 2019

"Dans le cas du Togo, comme de certains pays Africains, beaucoup sont assis dans des salons feutrés, derrières des claviers… pour alimenter des débats que je juge «stériles» pour la plupart… J’ai décidé de descendre sur le terrain et d’aider à ma manière chaque Africain des plus humble à obtenir la première et la plus grande des indépendances…. l’indépendance économique par l’entrepreneuriat…. il nous faut changer de paradigme et accepter une remise en cause à TOUS les NIVEAUX en Afrique (gouvernement, opposition, secteur privé…) ". Ainsi parlait dans cette interview exclusive que Dr Samuel Mathey a voulu nous répondre.

Le 04 mars 2019, Faure Gnassingbé a lancé son plan national de développement. Orienté sur 3 axes, si ce plan est bien exécuté, sa chance de réussite ne souffrirait d’aucune difficulté et serait un atout pour les citoyens  togolais.  

A peine lancé, beaucoup de Togolais sont pessimistes de voir cet énième projet réussir au regard d’autres pilotés en faveur des citoyens mais  au finish, sans résultat réel. Qu’est-ce que le gouvernement du Togo peut faire pour voir son  PND réussir là où d’autres projets ont échoué?

Dr Samuel Mathey, celui qui pilote le concept Entreprendre à  Zéro Franc (EZF), économiste chevronné, co-rédacteur du  PND du secteur privé ivoirien, était à Lomé lors du lancement du PND du Togo.  Dans l’élaboration du PND du Togo, il a joué ou joue un rôle prépondérant. Les critiques nées suite au lancement du PND par Faure Gnassingbé, il les relie  à la crise de confiance entre la population et le gouvernement. Selon lui, "cette crise de confiance est nourrie et entretenue par 3 pesanteurs:-/ les rancœurs politiques passées et récentes encore vifs avec les abus dénoncés sur les droits individuels et collectifs ; -/ la corruption qui gangrène le système au-delà des initiatives ; -/    l’échec de certains programmes passés et ÉGALEMENT l’absence de bilans d’impacts et de suivis de programmes passés… sans en tirer les leçons.

"Pour changer cette perception dans la conscience collective, le gouvernement a recruté un prestataire qui ira vers les Togolais à travers le pays et dans les grandes diasporas pour partager le plan.  L’exercice doit aller au-delà et identifier les moyens de résoudre ces 3 pesanteurs et nous avons nos propositions", dit-il. Lisez l’intégralité de l’Interview

Togotimes.info: Vous avez passé un petit moment dans la capitale togolaise, qu’est ce qui vous a sauté aux yeux une fois à Lomé ?

Dr Samuel Mathey: Lomé est un contraste comme la plupart des capitales Africaines voire mondiales… mais nous constatons des progrès sur le plan économique et sur le plan des infrastructures, beaucoup d’initiatives sociales et entrepreneuriales mais les pesanteurs pour accélérer les retombées sur la majorité sont toujours présentes…

Faure Gnassingbé a lancé son plan de développement baptisé (PND) le 04 mars 2019. Après lecture du document du PND, Dr Samuel, dites-nous  vos impressions. Les points faibles et les points forts. Les chances de réussite de ce plan.

Comme toute œuvre humaine, le plan est perfectible, on peut l’améliorer. Il y a une théorie de l’obsolescence qui dit que en écrivant un plan, on écrit le passé… En ce sens que pendant que vous publiez le plan, les données et les informations changent et évoluent dans un monde de plus en plus dynamique.

Nous avons eu le privilège d’avoir été au cœur de la conception du PND ivoirien à plusieurs titres et c’est aussi cette expérience qu’on a partagé. Le plan ivoirien fait plus de 4 FOIS le plan Togolais (de 7 milles à 30 milles milliards).

Personnellement j’ai décidé d’éviter les discussions « stériles »  de salons et de me concentrer sur le COMMENT on fait avancer notre jeunesse sur le terrain.

Dans le cas du Togo, comme de certains pays Africains, beaucoup sont assis dans des salons feutrés, derrières des claviers… pour alimenter des débats que je juge «stériles» pour la plupart… J’ai décidé de descendre sur le terrain et d’aider à ma manière chaque Africain des plus humble à obtenir la première et la plus grande des indépendances…. l’indépendance économique par l’entrepreneuriat….

Beaucoup  de choses peuvent être dites sur le plan en terme de nombre de scénarios (je partage l’avis du professeur Nubukpo sur le nombre de scénario et cela a été ma première remarque en lisant le plan), de cadrage macro, de viabilité du taux de croissance cibles… MAIS il faut reconnaitre 3 FORCES  ici:

    DE L’INTENTION À LA RÉALISATION : le fait déjà de mobiliser des ressources, recruter des expertises internationales pour faire un plan… est un exploit

    DE LA MOBILISATION DU SOMMET: le fait de s’engager et d’impliquer toute la chaine à la mise en oeuvre de ce plan est un autre exploit. J’ai été convié à des plans où il n’y avait pas un SEUL ministre de la république présent…

    DE L’APPROCHE GLOBALE: l’orientation du plan sur l’axe d’exploiter les avantages comparatifs du Togo et de mettre en avant l’inclusion social et le relèvement du niveau de vie pour tous est noble (MAIS doit dépasser les discours)

Toutefois il faut aussi comprendre que ce plan a besoin d’un environnement apaisé politiquement, de gouvernance pour attirer les investisseurs… Ceci va devenir une contrainte pour les gouvernants et une opportunité à exploiter pour la société civile, le secteur privé et une opposition constructive…,

il nous faut changer de paradigme et accepter la remise en cause à TOUS les NIVEAUX en Afrique (gouvernement, opposition, secteur privé…)

La grande question demeure SI on attaque les chantiers simultanément ou plutôt séquentiellement (on attend de résoudre les problèmes politiques D’ABORD… et combien de temps cela va prendre…)

S’il faut attendre encore 1 an, 5 ans 10 ans qu’une alternance intervienne AVANT  d’engager un consensus pour construire économiquement…. ce sera alors d’autres générations additionnelles sacrifiées durant cette attente…

Beaucoup de Togolais voient le PND comme étant un projet de plus. Etes-vous d’avis ?

C’est normal, car il y a une véritable crise de confiance entre la population et le gouvernement et cette crise de confiance est nourrie et entretenue par 3 pesanteurs:

    les rancoeurs politiques passées et récentes encore vifs avec les abus dénoncés sur les droits individuels et collectifs

 la corruption qui gangrène le système au delà des initiatives

    l’échec de certains programmes passés et ÉGALEMENT l’absence de bilans d’impacts et de suivis de programmes passés… sans en tirer les leçons

Pour changer cette perception dans la conscience collective, le gouvernement a recruté un prestataire qui ira vers les Togolais à travers le pays et dans les grandes diasporas pour partager le plan.

L’exercice doit aller au-delà et identifier les moyens de résoudre ces 3 pesanteurs et nous avons nos propositions.

Pensez-vous que, le Togo avec son plan PND peut amorcer son développement quand on sait que, sur le plan politique, les points de vue sont divergents ?

 Le plan, comme nous l’avons conduit dans la modération (de la cérémonie de lancement) a les ingrédients clés même si des points d’amélioration demeurent sur certains aspects. 

Pour que le plan du Togo réussisse, il faut les suivants :

    INSÉRER L’INCLUSIVITÉ DANS LE COMITÉ DE GESTION DU PND: élargir le comité de gestion du plan à l’opposition politique, à des jeunes de tout bord, aux religieux… tout en gardant une mesure d’équilibre pour ne pas en faire une vaste machine qui perd l’agilité   

DÉ-POLITISER le PND pour en faire un programme du secteur privé premièrement (la part du secteur privé est de 65%) avec un pacte économique

        AVOIR UN PROGRAMME DE SORTIE DE CRISE: trouver un moyen de créer un consensus avec toutes les forces avec un programme et chronogramme de sortie pérenne de crise… Même si l’investissement est présent dans des pays à risque élevé à cause de ressources que ces pays possèdent… l’argent préfère un environnement stable à risque moindre…

Je suis un technocrate et comme je me plais à le répéter, je préfère laisser la politique aux politiciens et me concentrer à changer des vies sur le terrain par l’indépendance économique que procure Entreprendre à  Zéro Franc (EZF).

En tant qu’économiste, vous avez eu à voyager beaucoup, qu’est ce qui manque à nos pays africains pour amorcer le vrai développement dans son sens réel ?

Les modèles de développement traditionnels (ex Rostow…) ne sont pas nécessairement adaptés à un monde en perpétuelle mutation.

Quel est l’objectif final d’un gouvernement selon l’approche Walrasienne ? Assurer le bien-être économique et social de la population.

Ceci passe par l’accès équitable à des services et aux produits puis aux libertés fondamentales.

Que ce soit au niveau de  l’offre comme de la demande, c’est la création d’entreprises qui est le moteur de la croissance, le créateur d’emploi, le créateur de richesse, le pourvoyeur de taxes moyen d’exister de l’état….

Selon notre école de pensée, l’élément fondamental qui manque pour développer nos pays Africains est le CHANGEMENT DE MENTALITÉ… à commencer par la mentalité pour instaurer des nations entrepreneuriales et des valeurs…

Tant que cette révolution des mentalités n’a pas été exécutée, nos plus grands plans seront vains.

Notre approche EZF aborde justement au travers de ses différents programmes ce processus de changement de mentalité.

La presse togolaise émet de vives critiques sur le PND parce qu’elle n’est pas associée. Comment un tel projet pourrait réussir quand on sait que, la priorité est donnée aux médias étrangers par exemple. N’est ce pas un début d’échec ?

Ce que j’ai compris est qu’un appel à candidature a confié la vulgarisation médiatique du PND à un prestataire. Le plan  se clame d’avoir été inclusif.

Je n’ai pas de détails sur cette situation mais je pense que la presse togolaise doit prendre ce « pouvoir » d’émettre, de suivre le PND et n’a pas besoin d’une autorisation pour le faire.

Ce changement de mentalité (énoncé plus haut) m’a amené dans de pareil circonstances à ne pas pleurer sur mon sort ou rechercher une autorisation mais à agir… Cette attitude rendra à la presse qui a été ignorée ses droits… Et par cette interview, vous êtes en train d’avoir cette attitude en vous invitant vous-même au débat…

Ceux qui critiquent le PND, ont-ils tort ou raison?

Le premier ministre Houngbo l’a dit lors du panel, ce PND doit être l’occasion pour initier un débat contradictoire au niveau économique.

Même Dieu ne fait pas l’unanimité… Dans le changement de paradigme et mentalité que nous prônons, le débat politique et idéologique doit céder la priorité à un débat sur des programmes économiques…

En Côte d’Ivoire, j’ai co-dirigé le PND du secteur privé… Oui, à l’issue du PND du gouvernement ivoirien, le patronat ivoirien nous a contracté pour écrire leur propre PND (Côte d’Ivoire 2040)… qu’ils ont ensuite présenté au gouvernement ivoirien… qui a du prendre en compte certains aspect et réajuster son PND…

C’est ce genre de dynamique que nous rêvons d’insuffler… qu’au lieu des critiques stériles, que les professeurs, le secteur privé… écrivent leur PND et discutent avec le gouvernement pour un consensus… La critique est aisée MAIS l’art est difficile…

Une question parallèle, peut-on entreprendre à zéro franc ? Si oui, comment est-il possible ?

Il faut comprendre que EZF est un concept avec des niveaux (débutant, intermédiaire…), des déclinaisons sectorielles (agricole, numérique…) et une certification d’un parcours pour devenir instructeur EZF.

Le concept enseigne à démarrer une entreprise sans financement extérieur préalable (zéro fonds extérieur au démarrage) avec un système d’accompagnement et de coaching. + de 50 milles formés et plusieurs campagnes en cours. Des partenariats avec des institutions de renoms (BAD, FIPME…) et une base de données de suivi et de recherches…

Propos recueillis par Yao Linus A

Togotimes, L’information en temps réel


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /htdocs/templates/ts_dailytimes/html/com_k2/templates/default/item.php on line 356
Last modified on Friday, 08 March 2019 15:28

Infos Sport

Facebook

Calender

« August 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31