Togo: Les us et coutumes du Kloto et le Préfet sont formels, pas de manifestations à caractère politique dans la Préfecture; les "Abravo" vont sortir si... Featured

Written by  Apr 07, 2019

Au Togo, une partie des us et coutumes de la préfecture de Kloto et le Préfet sont montés au créneau en interdisant de façon officielle, les manifs  à caractère politique dans leur préfectureIls mettent en garde les militants et sympathisants du PNP en prélude à leur manif prévue le 13 avril prochain. La sortie officielle des us et coutumes de la Préfecture de Kloto a eu lieu jeudi dernier lors d'une réunion qui a eu pour cadre avec la salle de réunion de la mairie de Kpalimé (environ 120 km au nord de Lomé) en présence du préfet de Kloto, Assan Koku Bertin.

Plus de manifestations à caractère politique, martèlent les garants des sus et coutumes. L'objectif poursuivi est de dire non aux actes de vandalisme qui, disent ils,  pourraient survenir lors des marches que le Parti National Panafricain (PNP) projette d’organiser les jours à venir.  Le 13 avril 2019, le parti considéré comme fer de lance de la relance de la lutte pour l'Alternance au Togo, le PNP organisera à travers certaines villes du pays, une gigantesque manif de rue pour exiger les réformes préconisées dans la feuille de route de la CEDEAO.

Face à ce calendrier de la manif, les us et coutumes brandissent la menace en mettant en garde les militants des partis politiques, qu’ils ne seront plus en mesure de maîtriser les forces traditionnelles communément appelées «abrafo» et que si de tels actes continuent dans la préfecture, les «abrafo» vont sortir.

Ce qui justifie la sortie des têtes couronnées, c'est qu'ils font savoir que, des actes  de vandalisme sont planifiés et donc, impossible pour eux de se taire face à cela.  Les chefs ont annoncé qu’ils ont eu vent d’une menace imminente de casses et d’incendie des biens publics et privés ainsi que des chasses à l’homme que les militants de certains partis politiques se préparent à perpétrer dans les cantons de la préfecture et dans la ville de Kpalimé.

Les chefs ont précisé qu’ils ne sont pas contre les dispositions de la constitution qui prévoient et garantissent la liberté de manifestation et d’expression, mais le constat est que cette liberté commence par leur devenir préjudiciable.

Le Préfet de son côté a laissé entendre que, au niveau de la préfecture, des forces de l'ordre et de sécurité, l'écho de menaces leur est parvenu.

«Nous leur avons dit que nous aussi au niveau de la préfecture ainsi qu’au niveau des forces de l’ordre et de sécurité, nous avons eu échos de telles menaces», a laissé entendre le préfet de Kloto.

 Et pour cela, personne ne restera les bras croisés. «Aujourd’hui nous-mêmes nous ne sommes plus prêts à laisser les gens saccager, à troubler l’ordre public", a indiqué le préfet. Ce dernier lors de la réunion, a lancé un appel aux uns et aux autres en guise d'avertissement en des termes clairs: désormais, l’autorité agira pour maintenir l’ordre public dans la préfecture et pour protéger l’ensemble de la population.

Dans un message, des chefs canton de Kloto aux différentes communautés résident dans la ville de Kpalimé, ceux-ci sont partis du constat selon lequel depuis 2 ans, les activités des partis politiques dans la préfecture portent préjudice à leur patrimoine et met en mal la paix, la cohésion et l’ordre public.

Ils ont cité en exemple l’arrestation de l’Imam de Sokodé qui a entraîné des casses dans la ville de Kpalimé notamment sur des immeubles publics (préfecture, trésorerie et mairie) et sur des biens publics et privés (voitures de ma mairie, de la GIZ) des brulures de pneus sur la voie publique. Tous ces actes, disent-ils, sont de nature à troubler la tranquillité publique de la ville.

TGT

Togotimes, L'information en temps réel





Last modified on Monday, 08 April 2019 08:24

Infos Sport

Facebook

Calender

« April 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30