Après les réjouissances populaires du 1er Mai: Un journaliste s'adresse aux travailleurs. Lisez Featured

Written by  May 03, 2018

Le 1er Mai, le coeur des travailleurs était à la fête populaire. Leurs conditions de vie et de travail sont rangés dans les tiroirs alors que, c'est le moment qui est retenu pour que, les questions liées à l'épanouissement du travailleur soient au coeur des discussions. Mais hélas!

C'est au regard de ce constat qu'un journaliste togolais rompt le silence et écrit: "Avez-avez bien fêté le 1er Mai ? Avez-vous bien mangé et bien bu ? Et Maintenant, la fête est finie ou elle se poursuit ? Ah, je me souviens, elle est bien finie ! Qu’en est-il alors des meilleures conditions de vie et de travail auxquelles vous teniez tant ? Qu’en est-il de vos salaires dérisoires que vous vouliez bien voir augmenter ? Ah j’oubliais, vous les avez de nouveau sacrifiés sur l’autel des petites réjouissances qu’on a bien voulu vous offrir ou dont on a bien voulu vous « gratifier ». Et ainsi, vous demeurerez dans les mêmes conditions jusqu’au 1er Mai prochain où une autre petite fête vous sera offerte. Pathétique !
Malheureusement, ainsi va l’Afrique en général et le Togo en particulier, où nous aimons nous focaliser sur l’agréable, tout en laissant de côté l’essentiel. Alors que, sous d’autres cieux, certains profitent du 1er Mai pour obtenir des avancées leur permettre de s’épanouir sur le plan professionnel, ici, nous avons choisi d’en faire juste une occasion de réjouissance populaire où nous nous gavons de nourritures et nous saoulons à volonté. Pourtant, nous sommes les premiers à crier : « ça ne va pas ». Honte à nous !"

Historique du 1er mai

Qu’elle soit interdite où fériée, cette journée de luttes interna­tionale puise son origine dans l'histoire du mouvement anar­chiste, ce qui, au-delà des sim­ples revendications, lui confère une véritable quête d'émancipa­tion et de liberté.

Le samedi 1er mai 1886, à Chicago : cette date fixée par les syndicats amé­ricains et le journal anarchiste "The Alarm" afin d'organiser un mouvement revendicatif pour la journée de 8 heu­res, aura des conséquences inattendues pour la classe ouvrière internationale. La grève, suivie par 340 000 salariés, paralyse près de 12 000 usines à tra­vers les USA. Le mouvement se pour­suit les jours suivants; le 3 mai, à Chicago, un meeting se tient près des usines Mc Cormick.

Des affrontements ont lieu avec les "jaunes" et la police tire sur la foule, provoquant la mort de plusieurs ou­vriers. Le 4 mai, tout Chicago est en grève et un grand rassemblement est prévu à Haymarket dans la soirée. Alors que celui-ci se termine, la police charge les derniers manifestants. C'est à ce moment là qu'une bombe est jetée sur les policiers, qui ripostent en ti­rant. Le bilan se solde par une dou­zaine de morts, dont 7 policiers. Cela déclenche l'hystérie de la presse bour­geoise et la proclamation de la loi martiale. La police arrête 8 anarchis­tes, dont deux seulement étaient pré­sents au moment de l'explosion. Mais qu'importe leur innocence; un procès, commencé le 21 juin 1886, en condamne 5 à mort; malgré l'agitation internationale, ils seront pendus le 11 novembre, sauf Lingg qui se suicidera la veille, dans sa cellule.

Trois ans plus tard, en 1889, le congrès de l'Internationale Socialiste réuni à Paris décidera de consacrer chaque année la date du 1er mai : journée de lutte à travers le monde.

Julliette

Joindre la rédaction de Togotimes aux numéro 00 22 899 67 27 57 / 98 99 00 98

Last modified on Thursday, 03 May 2018 12:01

Infos Sport

Facebook

Calender

« May 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31