@crédit Photo Emmanuel Fisher @crédit Photo Emmanuel Fisher

SOS, les associations de défense des droits des enfants sont où? Sauver cette mineure. Photo. Featured

Written by  Jul 30, 2018

Les associations de défense des droits et intérêts des enfants sont où? Il y a urgence dans le Kpendjal-nord Togo. La rédaction de votre site www.togotimes.info a voulu attirer votre attention sur le sort de cette mineure.

L'information publiée sur Facebook par le sieur Emmanuel Fisher Akati Patalaki sur sa page Facebook (voir le lien https://www.facebook.com/pafe1?hc_ref=ARSQY3L3XNU2t7j3b157B6R547uwh1-H3pwHNYFwP1rHADZmMpNObPJEQiV8eJSzEPI), fait froid au dos. Et donc, nous avons décidé de relayer l'information dans son intégralité afin que cette jeune fille, mineure et très intelligente à l'école soit sauvée d'un mariage forcé. Lisez

"Cette fille du nom de LAMBONI Dimbiani, âgée de 13 ans, vit dans le village de Sog-Bogou (Namoundjoga,kpendjal-Ouest),élève en classe de 6e au CEG Gallé,orpheline de mère à l'âge de 2 mois après naissance, et de père à l'âge de 6 ans, est actuellement en 6e. Son travail à l'école: de Cp1 au CM, première ou 2e de sa classe. Au CEPD 2017,1ere des filles du centre.
En classe de 6e 2017-2018: premier trimestre: moyenne de 18 et première de sa classe,2e trimestre: moyenne de 17 et 2e de sa classe;troisième trimestre, 18. Moyenne annuelle : 17,76 et 1ere de sa classe pour la 5e.

Pourquoi cette biographie de l'enfant ?

Ce samedi, 21 juillet 2108,cette mineure a été forcée par son tuteur qui est le petit- frère de son père et sa grand-mère à marier un homme qui lui inconnu en échange de la femme de son oncle tuteur qui a déjà 2 enfants (6 ans, 2 ans).

Mécontente, en pleures, elle a cherché son maître de CM (qui l'a toujours motivée,encouragée à ne jamais abandonner l'école) pour lui narrer sa situation, mais ne l'avait pas trouvé. Le directeur du CEG était au secrétariat du BEPC. Obligée, elle était allée.

Ce lundi, ayant saisi l'affaire,  les 2 enseignants se sont transportés dans la maison du tuteur pour exiger le retour immédiat de l'enfant mais en vain. L'agent de l'action sociale ayant été saisi, envoya une convocation à chacune des familles en question.

Verdict final de mercredi 25 juil.018: le tuteur signe qu'il s'engage à ramener l'enfant ds la même soirée de mercredi dans sa maison et y restera jusqu'à la rentrée et accepte aussi que l'enfant ne tombera pas enceinte.

Tout ceci au vu et au su de l'assistance.

Mais ce jeudi matin,l'on constate que l'enfant n'est pas toujours  là. Interrogé par les 2 enseignants, le tuteur donne autres propos inciviques. Merci pour la longue lecture mais, Chers éducateurs,que pensez vous ? Que faire pour récupérer ce cerveau en disparition?

Face à ce cri de coeur, la rédaction de www. togotimes.info  interpelle les associations de défense des droits des enfants à vite agir avant qu'il ne soit trop tard. Les autorités togolaises doivent agir aussi pour châtier les parents indélicats dans cette histoire. Ah pauvre petite fille.

La rédaction

Togotimes, l'information en temps réel


 

Last modified on Monday, 30 July 2018 12:27

Infos Sport

Facebook

Calender

« December 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31