Projet de Développement Rural de la plaine de Djagblé: Les acquéreurs choisissent le plus court chemin, le mensonge, la duplicité Featured

Written by  Aug 01, 2019

La mise en oeuvre du Projet de Développement Rural de la plaine de Djagblé (PDRD) se poursuit et les travaux sur le terrain avancent à grands pas. Au moment où les responsables du comité interministériel d'indemnisation et la coordination du projet s'activent pour soulager les acquéreurs qui ont acquis des parcelles dans le périmètre du projet pour leur dédommagement, l'on constate que, manipulés à des fins que l'on ignore, certains acquéreurs, après avoir déchu le comité qu'ils avaient eux-mêmes faire connaitre au Projet pour discuter en leurs noms, ont, par surprise, mis en place un nouveau comité qui emprunte un chemin qui serait nuisible aux autres acquéreurs qui sont dans l'expectative d'un recasement .

Il n' y a plus de mot pour qualifier la sortie des acquéreurs au sujet du recasement dans le cadre du projet de Développement Rural de la plaine de Djagblé que celui du mensonge, de la duplicité. Et pour cause.

Dimanche dernier, le nouveau comité des acquéreurs a fait le point aux autres membres sur les démarches des bureaux précédents avant de revenir sur celles qu'il entreprend en vue de permettre à eux (les acquéreurs) d'entrer dans leur droit, celui du recasement. Beaucoup se demandent à quel titre le nouveau comité dresse le bilan d'un bureau dans lequel, ils n'ont pas eu à travailler sauf quelques uns. Si l'ancien comité est noyé, l'on ne doit pas aller loin pour trouver les coupables. Au sein des acquéreurs, il y a de ses individus qui ont tout fait pour saboter le travail de ce qu'il appelle aujourd'hui, comité précédent.

Et le même constat se poursuit puisque, dans leur sortie, les responsables du comité pointent un doigt accusateur le coordonnateur du projet comme étant celui qui joue au jeu trouble. Pour quel intérêt, la coordination va jouer le jeu trouble pouvant empêcher les acquéreurs d'être dédommager?

Pour aller à l'information, nous avons eu à rencontrer certaines personnes de la coordination du projet PDRD. Lors des échanges, il ressort que, les acquéreurs, qui ne sont pas en réalité les potentiels bénéficiaires du projet (allogènes propriétaires de fait), s'inscrivent dans une autre dynamique, celle du mensonge voire de la duplicité et cherchent, comme ils l'ont fait l'an passé, à handicaper l'actuel avancement des travaux que les autochtones bénéficiaires apprécient.

"Ce n'est pas parce que, le nouveau comité a utilisé des chemins tortueux pour accéder au comité interministériel qu'il faut chercher à nuire à la bonne moralité de la coordination du projet. Tout ce que contient le soit disant rapport remis au comité interministériel, n'est pas nouveau pour le comité interministériel. Que la coordination ne soit plus interlocutrice ou pas, le comité interministériel d'indemnisation ne dira rien qui sera contraire à ce que la coordination leur à déjà dit surtout aux séances d'échanges du 31 mai et 19 juillet 2019.
Au contraire, en procédant ainsi, les acquéreurs empruntent un chemin qui se révélera le plus mauvais pour eux. Le temps situera tous.

"On nous a pris pratiquement 300 hectares, sans que nous ne rentrions dans nos droits. Donc, notre objectif, c’est de rentrer dans nos droits. Plusieurs démarches ont été entreprises, sans connaitre d’aboutissement heureux. La direction du projet ne voulait pas nous fournir les informations nécessaires pour comprendre ce qui se fait dans le dossier", à en croire le comité. Alors que le nouveau bureau oublie que, en remettant en cause toutes les discussions qu'ils ont eu avec la coordination surplace avant leur sortie, cela prouve leur duplicité dans cette affaire. On ne dédommage ou on ne recase à la va vite. Et les multiples démarches entreprises en cours dans ce sens, sont bien connues du comité revendicatif.

Comment est ce que, ce sont les acquéreurs qui veulent imposer le lieu où ils seront recasés? Alors que, leurs parcelles dans le périmètre sont des espaces non batis. Ceux qui ont des bâtis, cela prouve qu'ils ont l'intention d'y habiter c'est pourquoi, une solution a été vite trouvée pour eux.
Ce que les acquéreurs doivent avoir en tête, c'est qu'ils ont acquis des terrains dans une zone inondable. Et l'actuel code foncier est clair là-dessus. Mais, si le comité interministériel au regard du mandat social de Faure Gnassingbé a voulu faire les choses avec les acquéreurs, cela doit se faire dans les règles de l'art.

Le nouveau comité des acquéreurs dans une démonstration pris la main dans le sac dans cette phrase:"après s’être accordés sur une compensation à moitié prix, dans la zone de Djagblé ou Avéta, qu’on revienne encore leur dire qu’ils seront relogés à Zéglé, mieux, quelque part vers Dalavé. Ce bout de phrase montre que, ce n'est plus le lieu de recasement qui est la préoccupation, la vraie préoccupation des acquéreurs serait ailleurs. Pourquoi cherchent-on coûte que coûte à avoir les parcelles à Djagblé et non ailleurs?
 Il est à préciser que la zone est déclarée zone inondable selon l'Etat par le cadastre, à en croire le conseil des ministres d'hier mercredi 31 juillet 2019 qui en fait cas du sujet d'une manière plus générale du cas du lit du fleuve zio qui est déclaré d'utilité publique depuis 1981.

Le recasement n'est qu'une action sociale engagée par le gouvernement pour accompagner les acquéreurs. Vivement que, le comité interministériel tape du poingt sur la table en mettant les points sur les i.

Ce qui est clair est que, le comité interministériel d'indemnisation ne mènera aucune action sans associer la coordination du projet.
Il va  falloir que le nouveau comité se calme et permette à chaque entité de faire le travail qui est le sien en gagnant de la hauteur au risque de se voir appliquer les textes en vigueur.
Après tout et sur la base des documents du projet, il y a plus de souplesse dans la stratégie de la gestion foncière que celle prévue par les textes en vigueur.

Ne perdons pas d'esprit qu'il n'y aura pas d'expropriation des terres. Mais ce qui devrait être, est que tout propriétaire ou acquéreur a, en principe, l'obligation de mettre en valeur ou le faire par tiers, sa parcelle pour des fins agricoles et non pour y habiter!!!...

TGT

Togotimes, L'information en temps réel



Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /htdocs/templates/ts_dailytimes/html/com_k2/templates/default/item.php on line 356
Last modified on Thursday, 01 August 2019 14:14

Infos Sport

Facebook

Calender

« December 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31