No item found! Please check your config!
 
Restaurants communautaires: Des veuves prient pour la pérennité du projet (Reportage) Une vue prise lors du partage du kit alimentaire à EPP Madjikpeto sous le signe du respect de la distanciation sociale et mesures barrières le 21 mai 2020

Restaurants communautaires: Des veuves prient pour la pérennité du projet (Reportage) Featured

Written by  Mai 21, 2020

Des femmes, parmi lesquelles des veuves, rencontrées dans l'enceinte de l'Ecole primaire de Madjikpeto dans la commune d'Agoenyive 2 lors de l'opération de remise des kits alimentaires dans le cadre de l'opération des restaurants communautaires aux communautés vulnérables du Grand Lomé, ne cessent de prier  Dieu  pour la pérennité du projet.  "Je rentre à la maison avec ce kit alimentaire de ration sèche. Ma prière, c'est demander à Dieu de continuer à Bénir lui (ndlr: elle désigne par-là Faure Gnassingbé) et les membres du gouvernement pour ce soutien très important. Au même moment, elles dénoncent le non respect des mesures barrières notamment le port du cache-nez dans leur localité…

Grâce à Faure Gnassingbé, moi et mes enfants, nous allons encore manger comme tout le monde. C'est la 3e fois que je rentre à la maison les mains chargées. Ma seule prière à Dieu, c'est qu’il donne longue vie au président Faure Gnassingbé. C'est grâce à lui que nous bénéficions de ceci"; ou encore "je demande au président d'aller plus loin dans cette initiative, il est sur le bon chemin".

 "Nous les veuves, nous sommes fières parce qu'il y a un fils qui  est derrière nous avec tout son soutien en ces moments difficiles du coronavirus. Nos prières vont l'accompagner". Ces prières viennent du fond de certaines de femmes veuves bénéficiaires des rations sèches le 21 mai 2020 à l'EPP Madjikpeto dans la commune d'Agoenyive 2.  Madjikpeto regroupe 4 villages : Madjikpeto, Zovadjin, Kouvé Sivagno Kopé et Kouvé Ahongnon Kopé.

 En remerciant le donateur, la plupart des bénéficiaires sont unanimes à reconnaître que, dans leur localité, le port de cache-nez est loin de rentrer dans les habitudes. Certaines personnes arrivent à le porter, et la grande masse non.