Awokou Emmanuel, DAF, du centre de football "Gnilim-Foot" Awokou Emmanuel, DAF, du centre de football "Gnilim-Foot"

Interview exclusive à Emmanuel Awokou :"Ne laisser pas le football togolais mourir", Awokou Emmanuel Featured

Written by  Sep 12, 2018

Dans une interview exclusive à Togotimes, Emmanuel Awokou, directeur administratif et financier du centre de football  Gnilim-Foot sis à Adéticopé nous parle de son Centre de football appelé «Gnilim-Foot». Il a saisi l’occasion pour lancer un appel aux acteurs de football en des termes clairs :"Ne laisser pas le football togolais mourir". Lisez

Togotimes.info : Présentez-vous à nos internautes

Awokou Emmanuel : Je suis Emmanuel Awokou directeur administratif et financier du centre de football  Gnilim-Foot sis à Adéticopé

Parler-nous de ce centre

En fait, c’est une association qui a créé ce centre de football. Nous avons pour objectif de former et de développer  le football à la base. Dans notre centre, nous avons  toutes les catégories de pensionnaires. De U10 jusqu’aux espoirs. On a aussi l’équipe féminine.

Le centre est essentiellement basé sur le football. Etant donné que tous les pensionnaires sont des élèves, nous ne regardons pas seulement le côté footballistique. Nous essayons un tant soit peu d’assister nos élèves sur le plan scolaire. Nous réclamons leur bulletin tout en leur faisant comprendre que le football n’est pas seulement la préoccupation; il faut qu’ils développent aussi le côté éducation.

A vous écouter, c’est dire que vos pensionnaires sont totalement des Togolais. Est-ce à dire que, votre centre n’est pas encore tourné vers les autres pays ?

Nous ne sommes pas limités que sur le Togo. C’est un centre à caractère international. Nous avons une vision à s’ouvrir à tous les pays. Actuellement, parmi nos pensionnaires, il y a un béninois, ce qui montre que, nous ne sommes pas limités qu’au Togo.

Un centre de foot dans un pays où le football peine à décoller ?

C’est un point pertinent que vous venez de toucher. Sincèrement le football au Togo n’est pas ce que le public attendait. Vous savez, au Togo du plus petit au vieillard, tous aiment le football. Mais, regardez, dimanche dernier, les Eperviers ont un match contre le Bénin. Si vous avez sillonné Lomé et de ses environs, l’ambiance qui prévalait avant est absente.

Je vous dis, il y a un problème, les moyens. Ici à Gnilim-Foot, nous roulons sur le propre fond du président M Jonas, président de la ligue de Fazao ; il est également membre de la fédération togolaise de football (FTF).

C’est pour cela d’ailleurs que, je vais profiter de cette occasion pour lancer un appel à toutes les bonnes volontés qui aimeraient être en partenariat avec nous. Nous sommes ouverts pour développer ce sport roi, ce sport qui fait plaisir à la jeunesse et aux enfants. Même si c’est par des conseils avisés, nous sommes réceptifs.

Selon vous, qu’est ce que le Togo doit faire pour que le football redémarre ?

C’est simple, c’est à la base; quand la fondation n’est pas bonne, on voit que le travail est bâclé. Au sein de notre centre,  les problèmes que nous rencontrons avec les pensionnaires est un exemple qui fait partie d’autres problèmes auxquels il faut trouver une solution pour le rédemarrage du football. Il suffit qu’un enfant joue bien au centre et qu’on lui jette des fleurs, il pique ou bien développe la grosse tête.

C’est pourquoi, nous pensons que le travail à faire, c’est la base. Nous devons mettre les moyens, pour éduquer les enfants et l’Etat peut subventionner  ne serait-ce que, encourager les promoteurs du football. On a besoin de subvention et lorsque les centres de foot sont régulièrement déclarés, il faut leur venir en  aide. C’est à partir des centres  que vont sortir les footballeurs de demain. Notre joie demain, c’est d’écouter le nom des enfants formés ce centre, dans un grand club.

Quelles sont vos difficultés ici à Gnilim-Foot ?

Nos difficultés, ce  sont les moyens. Vous savez, le football coûte cher. C’est pourquoi je vous dis que, nos difficultés, ce sont les moyens. Nous avons besoin des gens de bonne volonté, du gouvernement qui peuvent nous subventionner, pour que tous ensemble, nous poussons le sport roi au Togo. Ce que le président Jonas de Gnilim-Foot peut faire seul, s’ils sont deux ou trois, ce sera fait à moins d’un an.

Parler-nous de l’effectif de votre centre

Merci. Pour toutes les catégories confondue, des minimes jusqu’aux juniors sans oublier les filles, nous sommes à plus de 84 pensionnaires pour un centre qui fait moins d’un an. Ici, le centre attire beaucoup de jeunes qui viennent d’eux-mêmes.

Dans notre centre, si c’est un enfant qui veut l’intégrer, c’est obligatoire qu’il soit accompagné par un parent avec tous les équipements nécessaires : crampons, contre tibia jeu de maillot plus les frais d’inscription qui sont fixés à 1000 Fcfa ; l’enfant doit apporter deux photos passeport. S’il est accepté et dispose de la carte de membre du centre, les frais de formation sont fixés à 12.000 Fcfa, payable par tranche selon la possibilité du parent. C’est un forfait.

Un message à l’endroit des acteurs et au peuple togolais

Notre message est simple. D’abord aux acteurs de football togolais, je leur dit, le football c’est notre héritage que les Salou Bachirou et les autres nous ont laissé. Ne laisser pas le football togolais mourir.  Aux parents, si vos enfants aiment le football, ne les décourager pas, aidez-nous à former vos enfants. A l’endroit des petits, ne vous considérer pas « Star » quand vous n’êtes pas à ce niveau.

Propos recueillis par A Yao

Togotimes, l’information en temps réel

Last modified on Wednesday, 12 September 2018 19:16

Infos Sport

Facebook

Calender

« November 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30