Crash d'hélicoptère: Kobe Bryant est mort: Lakers brisés Featured

Written by  Jan 26, 2020

Lors du dernier match de sa carrière, en avril 2016 contre le Utah Jazz, Bryant avait flambé comme souvent, empilant 60 points, ses step-back ravageurs, ses trois points venus d’ailleurs, avec une grâce et une félinité que lui seul maîtrisait sur les parquets. Bryant, l’un des sept joueurs à avoir inscrit plus de 30  000 points en carrière, félicitait dimanche encore une autre légende, le joueur des Lakers LeBron James, qui venait de dépasser son total de  33  643 points. «Continue de faire autant avancer le jeu», disait-il sur Twitter. Le Black Mamba l’avait tant fait.

Un fan français: « C’est un énorme choc, j’arrive pas encore à réaliser qu’il n’est plus là. C’était ma première idole, mon premier maillot NBA était le numéro 24 des Lakers, mes premières chaussures des Kobe, peut être le seul joueur à toucher d’aussi près ce qu’était Michael Jordan. C’était surtout un bourreau de travail unique dans l’histoire, toujours le premier au gymnase et le dernier à partir. C’était aussi un tueur sur le terrain, quand il entrait sur le parquet, l’adversaire savait qu’il était là pour se faire écraser. C’était une légende de ce sport, une légende du sport. » Un club: les Los Angeles Lakers, de 1996 à 2016. Des chiffres: 5 titres de champions NBA (2000, 2001, 2002, 2009, 2010), 2 titres olympiques (2008, 2012), 2 fois meilleur marqueur de la Ligue, etc.. Une saison: sa dernière, 2015-2016, une longue tournée d'adieux; il y a ceux qui ont vu son dernier match contre leur équipe fétiche et les autres. Un crash: Kobe Bryant est mort dimanche à 41 ans dans un accident d'hélicoptère, le sien, à Calabasas dans le sud de la Californie.

Le  sport américain, le basket en particulier, se gave de statistiques jusqu'à l'indigestion. Kobe Bryant restera l'un des très rares joueurs qui ne se limitait pas à celles qu'il avait compilées tout au long de sa carrière. Comme Michael Jordan avant lui, il était au-delà des chiffres. Né à Philadelphie, le 23 août 1978, c’est sur la côte Ouest que Bryant avait brillé, en portant la tunique or des Los Angeles Lakers vingt ans durant. Avec le «Black Mamba», comme toute la NBA le surnommait, la franchise avait gagné cinq titres. Dès ses débuts aux Lakers, il s’était immiscé dans le sillage de Jordan, n’hésitant pas à vouloir rivaliser avec son mentor. Lors du dernier match de sa carrière, en avril 2016 contre le Utah Jazz, Bryant avait flambé comme souvent, empilant 60 points, ses step-back ravageurs, ses trois points venus d’ailleurs, avec une grâce et une félinité que lui seul maîtrisait sur les parquets. Bryant, l’un des sept joueurs à avoir inscrit plus de 30  000 points en carrière, félicitait dimanche encore une autre légende, le joueur des Lakers LeBron James, qui venait de dépasser son total de  33  643 points. «Continue de faire autant avancer le jeu», disait-il sur Twitter. Le Black Mamba l’avait tant fait.

En 2016, avant que Bryant s’éloigne des parquets, Libé revenait sur ce qu'il représentait pour son sport et pour les Lakers. «Sa personnalité, ses déboires avec la justice, son envie de se surpasser à chaque rencontre ont fasciné tous les Etats-Unis», écrivait-on à l’époque, «Bryant a été le joueur d’une seule franchise, les Lakers. Et devient la star de tout un pays».

LIBERATION


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /htdocs/templates/ts_dailytimes/html/com_k2/templates/default/item.php on line 356
Last modified on Sunday, 26 January 2020 21:40

Infos Sport

Facebook

Calender

« February 2020 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29